projet divinBeaucoup de gens vont de gauche à droite sans savoir où ils vont dans la vie. Ils font beaucoup de choses sans Dieu. Il passe leur vie à faire ce qui leur plaît mais à la fin de leur vie, ils ont un sentiment d’insatisfaction, un goût de vide amer. Ils ont l’impression qu’ils n’ont rien fait de leur vie, pourquoi ? Parce qu’ils ont passé leur vie sans saisir l’appel et la vocation que Dieu avait prévue pour les rendre heureux et fructueux. Ce que nous devons savoir, c’est que Dieu a caché notre bonheur dans l’obéissance à sa volonté.

Voilà pourquoi quand nous commençons à prendre de l’âge, il est inévitable que nous nous posions la question : à quoi a servi ma vie ? Beaucoup fuient cette question quand ils sont encore jeunes parce qu’ils ont peur d’être embarrassés par la réponse de Dieu. Parce qu’ils ne sont pas prêts à se plier à la volonté de Dieu, ils se jettent alors dans l’activisme religieux pour couvrir l’appel parfaite de Dieu pour eux. La question est : quels sont les critères qui me permettent de juger le parcours de ma vie sur terre ? La vie est faite de choix et chacun d’eux trace une route. Cette route c’est notre histoire qui ne s’efface pas et elle sera notre juge devant Dieu. Il y en a qui font le bon choix de laisser leur vie déterminée par la volonté de Dieu et d’autres qui centrent leurs décisions sur leurs désirs. A la fin d’une vie, ces deux vies divergent et montrent la folie de l’un et la sagesse de l’autre. As-tu été sage ou fou ? Si tu t’es trompé, il est encore temps de changer la direction de ta vie!

C’est ici que beaucoup commencent à comprendre que leur jeunesse, leur beauté, leur désire de la gloire du monde étaient des choses trompeuses et n’étaient pas de bons critères de choix pour vivre heureux mais juste de la vanité de la poursuite du vent. Nous nous rendons compte alors que nous avons vécu pour nous-mêmes, et que nous n’avons pas voulu que Dieu domine et dicte à notre volonté. C’était une vie de rébellion, une vie où l’essentiel était basé sur nos priorités et nos intérêts égoïstes.

Nous nous rendons alors compte que nous avons raté des opportunités incroyables d’affecter positivement la vie des autres. Nous nous rendons compte que nous aurions pu entrer dans l’éternité avec la joie d’avoir contribué grandement au royaume de Dieu. Mais qu’est-ce que nous avons fait ? Nous avons investi nos dons, nos talents bref nos ressources dans une vie superficielle de survie : nous passions le clair de notre temps à nous demander comment avoir l’argent pour acheter ceci ou cela qui nous plaisait, avoir tel ou tel standing dont nous avions toujours rêvé  etc.

Nous n’avions pas considéré l’opportunité de servir Dieu de tout notre cœur comme une valeur mais comme un passetemps et nous n’avons pas vu le temps passé. Nous avons rejeté, repoussé l’appel de Dieu quand il nous montrait les besoins de son royaume. Nous avons fermé les oreilles et les yeux pour ne pas voir le ministère des enfants qui vous tendait les mains, les besoins des enfants, des jeunes garçons et des jeunes filles qui avaient besoin d’un grand frère, d’une grande sœur, d’un mentor, d’un papa, d’une maman.

Nous sommes passés à côté des chrétiens refugiés, des foules qui avaient besoin de quelqu’un pour leur montrer l’amour de Dieu, comme ce prêtre dans la parabole du bon samaritain. Nous n’avons pas vu les voisins qui mourraient et allaient en enfer, Pourquoi ? Parce que nous ne pensions qu’à nous, à nos problèmes, nos difficultés, nos défis et nos intérêts, notre conjoint, nos enfants, notre boulot etc.

Nous avons pas compris qu’une opportunité s’ouvrait largement devant nous de financer l’œuvre de Dieu et éviter que l’église ne ferme à cause des difficultés financières. Nous avons fermé les yeux sur les cris des missionnaires en détresse dans le champ missionnaire et nous avons prié hypocritement que Dieu leur viennent en aide.

Quelqu’un a dit que quand nous mourrons, il y a des anges qui viennent au chevet de notre lit de mort pour se présenter. Ce sont des esprits qui nous ont accompagnés toute notre vie. C’est alors qu’ils nous montrent quel est la personnalité que Dieu avait prévu que nous serions. Ils nous montrent comment ils étaient chargés de nous aider à le devenir et les opportunités que nous avions manquées. Que se passerait-il si tu avais la possibilité de connaître la vérité sur la personne que Dieu voulait que tu sois ? Accepterais-tu de t’ajuster? Pour cela nous devons avoir une vie qui est conduite par des valeurs divines essentielles. Quelles sont les valeurs divines et essentielles de la vie ?

La foi, l’espérance et l’amour

1Co 13:13  Maintenant donc ces trois choses demeurent: la foi, l’espérance, la charité; mais la plus grande de ces choses, c’est la charité.

La foi, l’espérance et l’amour sont les piliers sur lesquels doivent reposer une vie conduite par Dieu. C’est lorsque notre vie est basée sur ces trois valeurs que nous commençons à comprendre pourquoi nous sommes sur cette terre. La foi en Dieu nous permet de comprendre que nous ne nous appartenons plus mais que nous sommes à Dieu et lui seul doit déterminer ce que doit être notre vie.

L’espérance parce que c’est la force qui nous fait traverser toutes les épreuves de manière victorieuse. Sans espérance nous abandonnerons le projet de notre destinée divine.

L’amour parce que Dieu est amour et sans Dieu notre vie n’a pas de sens. Vivre par ces trois piliers c’est marcher par l’Esprit. Quel que soit l’appel ou le projet que Dieu t’a donné sur cette terre, il faut que tu aies ces trois valeurs pour réussir. Ne pas les avoir conduit à l’échec.

Quand nous vivons dans la chair, la bible dit que c’est la mort. A la fin de notre vie si nous avons marché selon la chair nous serons malheureux car ayant poursuivi le néant, des choses qui font plaisir à notre ego mais qui n’apportent rien au Royaume de Dieu. Les seules choses qui peuvent entrer dans l’éternité ce sont les choses que Dieu lui-même a ordonné. Ce sont les fruits des semences que Dieu nous a donné de cultiver. Si nous apportons autre chose, le feu les consumera car ton projet de vie n’a pas été basé sur des valeurs divines. Amen, amen, amen!

Alain Bouwa