Matthieu 7 :24-29 24  C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en L'église vers les nationspratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc.25  La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc.26  Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.27  La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison: elle est tombée, et sa ruine a été grande.28  Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine;29  car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes.

Depuis un certain temps le Seigneur m’a mis à cœur d’enseigner sur un problème fondamental qui mine l’œuvre de Dieu dans les nations. En effet les églises sont remplies aujourd’hui d’une grande foule mais en y regardant de près, on se rend compte que la fondation spirituelle de la très grande majorité de cette foule est du sable. On n’a pas besoin d’être un savant pour se rendre compte que l’Eglise dans notre nation n’influence pas la nation.

Prenons le défi qui est posé par le corona virus. Les païens se moquent aujourd’hui de l’église en disant où est la puissance de leur Dieu ? Quand on cherche les modèles que les jeunes, les femmes et les hommes suivent, trouve-t-on des chrétiens ? Non, ce sont des païens à tous les niveaux. Où est donc l’influence des chrétiens sur la nation ? En quoi notre présence dans ce monde modifie-t-il les comportements des hommes qui nous regardent ? Sommes-nous des témoignages pour notre famille, nos collègues de bureau ? Si nous quittons une entreprise, un lieu de travail, les gens vont-ils le regretter ? Quel impact notre conduite a-t-elle sur nos voisins ? Admirent-ils l’efficacité de l’éducation de nos enfants ?

Qu’est-ce que je veux dire ? Il y a beaucoup de personnes qui sont très probablement convertis à Christ mais leurs vies culturelle et donc spirituelle est encore bâtie sur des fondement ou des principes et lois spirituelles mondaines et traditionnelles qu’ils n’ont pas abandonnés. Résultat l’église ne porte pas du fruit dans le monde. N’allons pas loin, pourquoi nos voisins ne sont-ils pas désireux de venir adorer Dieu avec nous ? Je ne suis pas en train de dire que nous avons tout les tords et eux aucun. Ils doivent aussi se décider à se laisser attirer par la parole de Dieu et on ne peut les forcer mais nous devons toujours faire en sorte que notre vie soit pour eux une bénédiction.

Ceci est une grande tragédie car Jésus a averti dans  Matthieu 5 :20 que si notre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens nous ne pouvons pas entrer dans le royaume de Dieu. En disant ces paroles, il allait décrire et exposé la différence entre la culture religieuse de son temps, les forteresses traditionnelles de son temps et la culture du royaume et la vision divine.

La parabole de la maison bâtie sur le roc et celle bâtie sur du sable est une illustration de ce qui arrive à la vie de ceux qui dans leur parcours spirituel négligent de construire leur vie sur les fondations solides du royaume de Dieu. En écoutant cette parabole, les auditeurs de l’époque pouvaient comprendre la leçon importante que Jésus était en train de donner.

Ce que le Seigneur disait en somme c’est que la vie d’un homme sur la terre est comme une maison. Toutes les maisons ont des fondations. Les fondations de la vie nouvelle en Christ se forment par la mise en pratique des paroles que Jésus enseigne à la foule. Ces paroles concernaient essentiellement un changement culturel, cultuel, moral et comportemental total et radical de celui qui voudrait le suivre.

En effet en écoutant le discours qui précédait la parabole, Jésus disait en substance : vous n’entrerez pas dans le royaume de Dieu si vous n’êtes pas prêts à renoncer à la religion des pharisiens, si vous n’êtes pas engagés à changer de culture, de manière de voir l’argent, les relations maritales etc.

Que signifie donner sa vie à Jésus?

Que signifie donner sa vie à Jésus ? Est-ce simplement intellectuellement accepter que Jésus est mort sur la croix ? Non la foi en la mort de Jésus Christ si elle est vraiment actée, elle aura une composante de réel et tangible d’un engagement à se détourner le l’ancienne manière de vivre sinon ce n’a aucun sens. C’est pourquoi Jésus dit au conditionnel: Si quelqu’un veut venir à moi ou si quelqu’un veut se convertir, il faut qu’il renonce à lui-même. Car c’est dans cette action que se trouve le signe d’une réelle repentance qui produira du fruit pour la vie éternelle. Malheureusement nous les hommes nous ne pouvons pas voir l’intérieur d’un cœur pour savoir si cette métamorphose a vraiment pris place. C’est pourquoi nous baptisons les gens sur cette déclaration de foi.

Jésus venait d’enseigner que les traditions qui avaient moulées leur manière de communier avec Dieu et leur manière de comprendre Dieu étaient mauvaises et devaient être remplacées par une nouvelle vision de Dieu et de sa volonté. L’entrée dans le royaume de Dieu se manifestait dans la vie d’une personne s’il était prêt à abandonner le système de pensées qui avait prédominé son époque. Ceci est un état d’esprit nouveau. Jésus leur disait qu’avoir la foi en lui consistait à accepter de changer de manière de voir le monde.

Par ses paroles Jésus amenait son auditoire à comprendre que pour le suivre, il n’y avait aucune autre alternative à part celle d’accepter un changement d’identité spirituelle et culturelle. En utilisant l’image d’une maison bâtie sur le roc et celle sur le sable, Jésus voulait montrer la différence qu’il y aurait entre une vie spirituelle réussie c’est-à-dire, fondée sur sa parole et celle qui est ratée c’est à dire demeurée sur l’ancienne fondation spirituelle. La tempête qui arrive sur toutes les deux maisons est une épreuve de foi inévitable au cours de nos vies et qui teste la foi de tous ceux qui se réclament de Jésus.

En montrant la ruine qui arrive sur une maison bâtie sur le sable, ou sur une vie spirituelle qui est restée attachée aux anciennes traditions culturelles, Jésus permet à la foule de comprendre que ceux qui reçoivent la bonne nouvelle mais qui ne veulent pas renoncer à leur ancienne manière de vivre, ne peuvent pas prétendre le suivre et n’entreront pas dans son royaume et leur vie sera ruinée.

Par contre ceux qui acceptent de radicalement changer de vie culturelle et spirituelle pour l’accorder à celle du Royaume de Dieu, entrent dans ce royaume, car leur vie spirituelle est en accord avec les principes qui gèrent ce royaume.

Voilà pourquoi il est important pour l’Eglise aujourd’hui de revisiter l’enseignement que Jésus a donné dès le départ de son ministère à la foule. Cet enseignement est pour moi comme la pierre angulaire des autres enseignements parce qu’il révèle : l’importance de la déconstruction de la culture, des mentalités d’un peuple avant la pose de la fondation du royaume de Dieu dans la vie de ce peuple.

Opération chirurgicale spirituelle

Sans cette opération chirurgicale spirituelle, le futur chrétien sera un mort-né. Il ne pourra pas survivre aux épreuves qu’il aura à traverser toute sa vie pour tester la solidité de sa foi et sa vie ne sera pas utile pour le royaume de Dieu où il n’entrera pas. Telle est la gravité de la situation. C’est pourquoi il est urgent pour nous aujourd’hui, de revoir de manière impérative la manière dont nous avons cru et enseigné l’évangile aux nations. N’est-ce pas étonnant de constater que l’Eglise n’a pratiquement que très peu d’influence dans le domaine culturel, économique, judiciaire dans les nations ?

Tout message évangélique  qui ne vise pas déconstruction des forteresses cultuelles, culturelles, mentales est un message évangélique incomplet, inefficace et vouée à l’échec. Voilà pourquoi bien que des millions de personnes soient venues à Jésus Christ, la culture du Royaume de Dieu peine à  avoir de l’impact dans  les nations. Beaucoup de chrétiens assis devant les pupitres, n’ont pas abandonnés leur culture païenne, leur mentalité païenne et leurs œuvres païennes.

Comment changer de fondation spirituelle

La question est donc comment faire pour changer la fondation culturelle, les mentalités qui sont enfouies dans les cœurs de la foule qui est dans nos églises ? La réponse à mon sens est très simple : il faut faire comme Jésus l’a fait. Dès le début de son ministère, Jésus a fait comprendre de manière claire à la foule qui le suivait, qu’elle ne pouvait pas entrer dans le royaume de Dieu avec le lourd bagage culturel, les traditions de leurs anciens et la mentalité des pharisiens. Il fallait que la foule accepte une nouvelle manière de vivre en mettant en application les enseignements qu’il lui donnait.

Cette révélation doit de nouveau être enseignée sur nos pupitres de peur que nous ayons enseigné en vain et conduit le peuple de Dieu à la mort spirituelle. Nous devons étudier et dénoncer nous aussi les forteresses cultuelles, les traditions humaines et les mentalités rétrogrades qui font la guerre au message de l’évangile dans notre époque.

Nous devons amener chaque chrétien à faire le choix entre une vie spirituelle médiocre et une vie spirituelle épanouie en Jésus Christ. Nous devons faire comprendre à la foule qu’il ne sert à rien de gagner le monde et perdre son âme. Nous devons leur dire que la conversion à Christ sans le renouvellement de leur intelligence et la mise en pratique de la parole de Dieu est vaine.

Une révolution dans l’Eglise pour un impact dans les nations

Nous devons appeler les chrétiens à une révolution culturelle et mentale qui a de l’impact dans son entourage, nos lieux publics, nos écoles, notre système judiciaire, politique et économique bref dans les nations. Nous devons leur dire, qu’ils ont reçu un mandat important : celui de mettre de l’ordre dans le désordre de ce monde et que cela doit commencer dans leur vie d’abord. Nous devons leur dire que le Christ qu’ils ont reçu est entré dans leurs vies pour détruire les œuvres du malin dans tous les aspects de leur vie ainsi que dans  le domaine culturel, politique, économique et spirituel. Nous devons avoir le courage de leur dire que toutes les bénédictions de Dieu ont pour finalité l’avancement du Royaume de Dieu et non une gloire personnelle quelconque. Dieu nous donne des moyens, des dons parce que nous sommes des canaux divins pour la bénédiction des nations.

C’est à cette condition que nous pourrons espérer une transformation des chrétiens en une armée prête à conquérir les nations pour Christ. C’est à ce prix que le monde et les autorités dans les lieux célestes pourront connaître au travers de l’Eglise, la sagesse infiniment variée que Dieu a placé dans les chrétiens. Alors l’Eglise aura de l’impact et de l’influence dans les nations. Amen, Amen, Amen !

Alain Bouwa