Le bonheur que la foule n’a pas compris

Matthieu 5 :1-12  Quand Jésus vit tous ces gens rassemblés autour de lui, il monta sur une colline. Il s’assit et ses disciples se rassemblèrent autour de lui et il se mit à les enseigner. Il commença par leur dire : heureux ceux qui sont conscients de leur pauvreté spirituelle car c’est à eux que le royaume des cieux est réservé. Heureux ceux qui sont dans l’affliction car Dieu les consolera. Heureux ceux qui sont humbles et doux, ceux qui renoncent à leur droits, car Dieu leur donnera la terre entière en héritage. Heureux ceux qui aspirent de toutes leurs forces à vivre comme Dieu le demande, car ils seront pleinement satisfaits. Heureux ceux qui ont un cœur compatissant, sensible à la misère d’autrui, car Dieu aura aussi compassion d’eux. Heureux ceux qui sont sincères et droits ; car ils verront Dieu. Heureux ceux qui répandent autour d’eux la paix, car Dieu les reconnaîtra pour ses fils. Heureux ceux qui sont opprimés pour avoir fait ce que Dieu leur demande, car le Royaume des cieux leur est réservé.

Heureux serez-vous quand les hommes vous insulteront et vous persécuteront, lorsqu’ils répandront toutes sortes de calomnies sur votre compte parce que vous êtes mes disciples. Oui réjouissez-vous alors et soyez heureux, parce qu’une récompense magnifique vous attend dans les cieux. Vous êtes dans la lignée de vos devanciers, les prophètes d’autrefois : eux aussi ont été persécutés de la même manière.

Le bonheur futur du royaume des cieux

Ici, Jésus commence son enseignement par une liste d’avantages dont bénéficieront tous ceux qui auront accès au royaume des cieux. A neuf reprises Jésus emploi le mot « Heureux » pour décrire le bonheur de ceux qui pourront accéder au royaume des cieux. Mais en même temps il leur fait comprendre quelles devraient être les conditions de vie et l’attitude du cœur de ceux qui bénéficieront des privilèges et récompenses qui y sont attachés. Ce sera : des pauvres en esprit ou conscients de leur pauvreté spirituelle, des affligés, des humbles et doux de coeur, ceux qui auront faim et soif de justice ou de vivre comme Dieu le demande, ceux qui seront miséricordieux ou sensible à la misère d’autrui, ceux qui auront le cœur pur ou sincères et droits, ceux qui procureront la paix, ceux qui seront persécutés pour la justice, ceux qu’on outragera, qu’on persécutera et à qui on dit du mal à cause de Jésus.

Endurer la souffrance présente pour un bonheur futur

Jésus prescrit aussi quelle devrait être l’attitude des bénéficiaires du royaume au moment de leur mis à l’épreuve. Il leur demande d’être dans la réjouissance, d’être heureux à cause de la récompense qu’ils devront en attendre.

Quand  nous étudions l’audience à laquelle s’adressaient ces paroles, nous pensons que ces gens pouvaient prendre ce discours  comme un outrage car il ne faut pas oublier que c’était généralement des hommes et des femmes pauvres et sans éducation et dont les perspectives futures étaient bouchées.

Ces gens devaient se demander comment pouvaient-ils être heureux d’être maltraités, persécutés, heureux d’avoir faim de justice alors que l’injustice était pratiquée contre eux. Comment allaient-ils être heureux de pratiquer de la miséricorde envers leurs bourreaux, leurs oppresseurs ? Comment allaient-ils être heureux d’être affligés ? Ce que Jésus leur promettait était un bonheur non pas immédiat mais futur dans le royaume des cieux. Allaient-ils se contenter d’attendre cela ?

La question qu’on est en droit de se poser est la suivante : le discours de Jésus était-il en adéquation avec les attentes humaines de cette population? Évidemment non !  Cet enseignement était aux antipodes de leurs besoins et aspirations quotidiennes. Est-ce pour cela donc que cette foule n’a pas hésité à crucifier Jésus ? Peut-être, car Ils pouvaient se dire : à quoi nous sert un leader qui n’est pas prêt à prendre le pouvoir pour nous donner là, là, là ce dont nous avons besoin ?

Une autre question qui vient bien à propos est celle-ci : ce discours raisonne-t-il dans les cœurs des gens d’aujourd’hui de la même manière  qu’il y a 2000 ans ?  Absolument! Car combien de personnes aujourd’hui sur les bancs de nos églises sont-elles prêtes à hypothéquer leur bien être immédiat pour un bonheur dans le royaume des cieux futurs ? Quelles sont les raisons majeures pour lesquelles en Afrique en particulier, les gens se bousculent pour aller dans certaines églises, on doit être honnête de dire que la majorité de cette foule le fait pour les mêmes raisons que la foule d’il y a 2000 ans ! C’est-à-dire résoudre leurs problèmes quotidiens et naturels. Refuser de le voir c’est ne pas se donner une chance de comprendre les enjeux d’un drame spirituel énorme qui se profile à l’horizon.

La foule d’aujourd’hui comme celle d’hier a plus soif et faim non d’une justice éternelle mais d’une justice qui améliore leur vie quotidienne. Comme il y a 2000 ans, les gens sont en grand nombre affligés, persécutés, outragés non pour avoir prêché Jésus mais parce que des méchants les oppressent. La paix à laquelle ils soupirent ce n’est pas celle d’un cœur qui pardonne son prochain mais  l’absence de guerres, de justice des gouvernants, la disparition de politiciens véreux et autres prévaricateurs. La miséricorde qu’ils souhaitent, c’est celle de leurs dirigeants envers eux et non celle qu’ils doivent procurer à ceux qui leur font du mal. La justice pour eux c’est qu’on leur rende justice dans les tribunaux et non qu’ils pratiquent les bonnes œuvres que Dieu a préparé d’avance pour le bien être des autres. Quel contraste entre l’enseignement de Jésus et la réalité des cœurs des hommes !

Hier comme aujourd’hui les enseignements de Jésus sont en réalité très au-dessus des préoccupations naturelles de la foule qui l’écoute. A cause de cela le drame qui s’est déroulé au moment de son départ risque encore de se manifester au temps de son retour.

2Ti 3:2  Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux,insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien,  traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu,ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là.

Ce texte nous parle de l’apostasie qui règnera au retour de Christ sur la terre. En sommes-nous éloignés ? La question est pourquoi les chrétiens prennent-ils ce chemin ? Hier comme aujourd’hui, pour que les hommes puissent comprendre et assimiler les enseignements de Jésus, il faut rendre les vérités spirituelles qui s’y trouvent compréhensibles. La foule comprend –t-elle vraiment la parole de Dieu ?

Matthieu 5 :13-17  Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on? Il ne sert plus qu’à être jeté dehors, et foulé aux pieds par les hommes.14  Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée; 15  et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.16  Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Ce texte explique la raison d’être de la venue de Jésus dans le monde ? Ce texte répond à la question : quelle solution Dieu a-t-il pour résoudre les problèmes de l’humanité? Jésus dit à la foule : Dieu veut que vous deveniez la solution du monde. Oui, que ceux qui l’écoutent deviennent la solution de tous les problèmes de l’humanité.  Jésus leur dit que la raison de sa venue, est d’apporter la guérison à un monde qui s’est égaré loin de Dieu. Jésus révèle que le moyen par lequel ce problème sera résolu, c’est que le sel et la lumière qui manque dans ce monde soient pourvus. La solution c’est que ses disciples deviennent le sel et la lumière du monde

Qu’est-ce que le sel et la lumière du monde ? Ce sont des hommes qui produisent de bonnes œuvres. Des personnes capables d’influencer d’autres hommes par la vie de Dieu en eux. Des hommes ayant une culture, une mentalité qui produise des œuvres que d’autres hommes peuvent voir et en être affectés.

Jésus ôte leur regard d’eux-mêmes et de leur condition pour leur montrer qu’ils avaient à leur porté le plan de salut de toute l’humanité. Curieusement, Jésus ne mentionne aucun de leurs besoins primaires, il ne fait allusion à aucun de leurs problèmes quotidiens, mais il souligne leurs besoins spirituels et éternels.  Jésus les amène à voir les choses du point de vue de Dieu.

La question est : est-ce ainsi que nous comprenons la parole de Dieu ? Jésus leur dit en substance, je suis venu pour vous ramener à la culture du royaume de Dieu dont on vous a éloigné. Jésus leur fait comprendre que La solution aux souffrances du monde n’est pas : changer de gouvernement ou changer les juges ou les politiciens  mais que ceux qui l’écoutent changent de cœur et qu’ils soient la lumière qui change le cœur des autres. Quand ce message n’est pas compris les hommes deviennent des religieux. Ils ont l’apparence extérieure de la chrétienté mais ne cherchent pas à devenir des agents pour la transformation des autres. Ne voyant pas leur bonheur dans l’évangile, la foule ne qui ne trouve pas de solution à ses problèmes quotidiens, se détourne de Jésus.

L’apostasie est en cours dans le monde, ceux qui ont aimé Jésus se détournent de lui parce qu’ils n’ont pas compris son enseignement. Qu’en est-il de toi ? Es-tu dans la foule ? Veux-tu toujours être le sel et la lumière du monde ? Tes préoccupations sont-elles celles du Royaume des cieux qui vient sur la terre? Beaucoup de chrétiens rétrogradent et rentrent dans le monde alors que le Seigneur revient cherchez ceux qui persévèrent. Amen Amen, Amen !

Alain Bouwa

 

2 réponses sur “Le bonheur que la foule n’a pas compris”

  1. Message très profond.Une définition du bonheur qui n’a rien à voir avec la manière dont l’homme naturel définit le bonheur.Etre heureux,c’est tout simplement vivre la vie de Dieu avec tout ce que cela comporte comme conséquences : Influencer les autres dans toutes nos sphères d’influence par nos vies et accepter avec joie d’être incompris ,persécutés et même rejetés.Merci Pasteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *