Les fondements du christianisme

Dans cette troisième intervention, nous sommes parvenus à un point culminant où nous devrions prendre une décision importante à savoir entrer dans la postérité de la femme ou rester dans celle du serpent ou Satan. Rester dans celle de Satan comme aller dans celle de la femme, c’est pour l’éternité. La bible nous dit que la postérité de Satan c’est l’enfer tandis que celle de la femme c’est la vie éternelle en Jésus Christ.

Avant de parler des fondations du christianisme, j’aimerais partager avec vous les résultats de mes travaux de recherche dans la culture Bamiléké. Je crois que cela vous aidera à comprendre l’importance du choix de vie spirituel et des conséquences sur notre nation.

La puissance de la culture

Darrow Miller écrit : « Tout ce qu’un peuple fait, la manière dont il vit, a pour ultime base une supposition métaphysique. »[1]. La culture n’est donc pas seulement le reflet du folklore, de la langue ou de l’héritage d’un peuple, mais une expression de son credo. En d’autres termes la culture est une manifestation temporelle de la foi d’un peuple. Si une culture se met à changer, ce ne sera pas parce qu’elle est devenue démodée, mais à cause d’un changement opéré dans sa foi. Ainsi donc le folklore, la politique, la langue, l’héritage d’une culture sont simplement l’expression d’un paradigme enraciné dans la matrice spirituelle d’une communauté. Pour dire simplement : la culture est l’expression spirituelle d’un peuple. La culture détermine quel sera le type d’économie, de justice, de liberté, de comportement, de gouvernement, de communauté etc., qu’un peuple adoptera. Or nous avons vu que tout cela a pour base la conception spirituelle des peuples.

Le fait par exemple que les Bamiléké investissent dans des funérailles terriblement coûteux a pour base la supposition selon laquelle, leurs ancêtres doivent être nourris dans l’au-delà sous peine de malédiction. Chaque année des milliers de personnes se déversent à l’Ouest du Cameroun pour conjurer les sorts en sacrifiant à des divinités qui n’ont que la peur, la mort et la malédiction comme cadeau à leur offrir. Contraint d’apaiser par des sacrifices perpétuels la colère des ancêtres imprévisibles dans leurs actions de destruction, ils dépensent des milliards de francs dans les ripailles qui accompagnent les funérailles.

La culture a six véhicules : la langue, la famille, l’éducation, l’argent, la religion et la politique. En effet toute culture a pour point de départ une langue. Dans Genèse 11 nous voyons que pour que la tour de Babel puisse être construite, il fallait qu’une seule langue puisse circuler. Dès que Dieu confondit leur langue, leur ouvrage s’arrêta, ils ne poursuivirent plus leur projet commun. La langue est donc un facteur unificateur des membres d’une même culture. La langue crée un sentiment d’appartenance qui fait que les hommes reçoivent le sentiment d’appartenance à une famille. Lorsque la famille est créée, avec le temps cette famille va donner naissance à une progéniture. Cette progéniture aura une descendance. Pour que la famille se maintienne, il faut qu’elle soit éduquée et instruite sur les principes de la famille. Un système d’éducation doit se mettre en place pour perpétuer la vision de la famille de génération en génération. Toute famille survit grâce à sa promotion et sa préservation. Cette promotion ne peut se faire que par le soutien financier. Sans argent la culture familiale ne peut être maintenue. La préservation de la famille dépend des règles qui empêcheront la famille de se corrompre entièrement à cause des convoitises des uns et des autres. Le système qui permet d’empêcher la destruction de la famille, c’est la religion et le système judiciaire. Toute culture évolue dans un cadre politique, qui régit le fonctionnement des familles entre elles. Nous voyons donc que la culture englobe plusieurs domaines importants de la vie d’un peuple.

Les conclusions de mon travail de recherche sur le pays Bamiléké m’ont permis de comprendre que plus la culture d’un peuple se rapproche des principes fondamentaux de la Parole de Dieu, plus ce peuple prospère. Plus il s’en éloigne moins il prospère. La prospérité d’une personne, d’une famille, d’une communauté ou d’une nation dépend de sa religion. Voilà un mystère caché par Dieu dans l’évangile.

Qu’est-ce qu’un chrétien?

Je suis toujours impressionné de voir à quel point peu de chrétiens comprennent ce que signifie l’évangile ou la bonne nouvelle. Je suis toujours surpris de voir l’étonnement sur le visage des chrétiens quand je leur demande pourquoi fallait-il que Jésus meurt sur la croix pour que nous soyons sauvés ? Je crois que je vais me faire plaisir de poser cette même question aujourd’hui. Si nous sommes incapables de répondre de manière précise à cette question, il y a de fortes chances que nous soyons encore soit des convertis émotionnels, et pour dire simplement de soi-disant chrétiens. Car toute la foi que nous avons peut se révélé fausse si nous ne connaissons pas les fondements du christianisme. La foi est basée sur une connaissance claire et non vague de qui est Jésus christ et de ce qu’il a fait pour nous.

De même que la fondation d’une maison détermine sa solidité et sa survie aux tempêtes, la fondation de la vie d’un chrétien est le socle de sa foi et de sa survie devant les épreuves inévitables.

Romains 1: 18-20La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive,car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître.20  En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l’oeil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables,

Depuis la chute d’Adam, l’homme a essayé de trouver un chemin vers Dieu. Il y a un désir en chacun de se retrouver dans l’image dans laquelle Dieu l’a créés. Les religions du monde sont un témoignage de ce passage des écritures, où Dieu s’est révélé à Sa création. Mais l’homme a imaginé presque autant de manières différentes de se rapprocher de Dieu et c’est de cela que sont nées les différentes cultures du monde.

La différence entre toutes les autres religions et le christianisme est que dans toutes les autres religions il y a une tentative de l’homme pour atteindre Dieu, alors que dans le christianisme, Jésus qui est Dieu tend la main à l’homme pour le sauver car personne ne peut se sauver lui-même. Toutes les religions du monde n’atteignent pas le salut parce qu’elles mettent le fardeau du salut sur l’homme. Ils enseignent qu’en adhérant à une norme rigide de choses à faire et à ne pas faire, nous nous rendons acceptables à Dieu ou même que nous devenons comme Dieu. C’est le même mensonge qui  avait séduit Eve dans le Jardin d’Eden.

Jacques 2:10Car quiconque observe toute la loi, mais pèche contre un seul commandement, devient coupable de tous.

Dieu a révélé que si vous gardez toute la Loi et que vous l’offenser en un point, vous êtes coupable de toute la loi. C’est ici que les religions du monde se sont égarées. Jésus est l’auteur du salut éternel, c’est pourquoi son jugement est le seul qui compte. Regardons un récit où Jésus administre le salut à un homme.

Marc 10: 17-22Comme Jésus se mettait en chemin, un homme accourut, et se jetant à genoux devant lui: Bon maître, lui demanda-t-il, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?18  Jésus lui dit: Pourquoi m ‘appelles-tu bon? Il n’y a de bon que Dieu seul.19  Tu connais les commandements: Tu ne commettras  point d’adultère; tu ne tueras point; tu ne déroberas point; tu ne diras  point de faux témoignage; tu ne feras tort à personne; honore ton père et ta mère.20  Il lui répondit: Maître, j’ai observé toutes ces choses dès ma jeunesse.21  Jésus, l’ayant regardé, l’aima, et lui dit: Il te manque une chose; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi.22  Mais, affligé de cette parole, cet homme s’en alla tout triste; car il avait de grands biens.

Nous voyons un exemple d’un homme qui désirait vraiment avoir la vie éternelle. Il le poursuivait activement, ce qui est démontré par le fait qu’il courut vers Jésus et s’agenouilla à ses pieds. Si le désir ou les bonnes intentions pouvaient obtenir le salut, cet homme l’aurait obtenu. Mais Jésus, l’auteur de la vie éternelle, n’acceptait pas ses conditions. Beaucoup de gens aujourd’hui ne croient pas que croire est vraiment important. Ils disent : ce sont seulement nos intentions qui comptent. Mais cet exemple prouve que c’est faux. Cet homme cherchait la bonne chose, et il est même venu à la bonne personne, mais il a fait un certain nombre de choses mal.

Premièrement, il a seulement reconnu Jésus comme étant un bon maître (verset 17). Jésus répondit en disant: «Pourquoi m’appelles-tu bon, il n’y a de bon qu’un seul, c’est-à-dire, Dieu. Ce jeune hommereconnaissait que Jésus était bon, mais il ne voulait pas aller jusqu’à dire qu’il était Dieu. Pourtant, l’un des éléments les plus cruciaux pour le salut est de croire que Dieu s’est manifesté dans la chair.

1 Tim 3:16Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand: celui qui a été manifesté en chair, justifié par l’Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire.

Il y a maintenant plusieurs religions dites chrétiennes qui rejettent la divinité de Jésus.Quand Jésus a été interrogé par les principaux sacrificateurs, il a admis qu’il était le Christ. Ce fut la raison d’être de sa crucifixion. Les dirigeants juifs ne toléraient pas qu’il soit Dieu.

Matthieu 26: 63-64 Jésus garda le silence. Et le souverain sacrificateur, prenant la parole, lui dit: Je t’adjure, par le Dieu vivant, de nous dire si tu es le Christ, le Fils de Dieu.64  Jésus lui répondit: Tu l’as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l’homme assis à la droite de la puissance de Dieu, et venant sur les nuées du ciel.

Les principaux sacrificateurs et les anciens ont dit qu’Il avait blasphémé. C’est à dire qu’il s’est attribuée à Lui-même la divinité. Jésus devait être plus qu’un homme bon pour être un sacrifice pour toute la race humaine. La vie d’un homme ne vaut rien par rapport au prix du péché. Mais puisque Jésus était Dieu, sa vie valait plus que toutes les personnes qui ont vécu ou vivront sur cette terre. Ce jeune dirigeant avait reconnu Jésus comme bon, mais pas comme Dieu.

Pour que la mort de Jésus ait un sens, il faut comprendre pourquoi il fallait que Jésus meure sur la croix pour nous sauver. Si vous ne comprenez pas cela vous ne pouvez pas aimer Jésus. L’amour de Dieu s’installe dans nos cœurs quand nous recevons la révélation sur le pourquoi de sa mort. Jésus devait mourir parce qu’il était la seule solution pour le pardon des péchés de l’homme. Par la mort de Jésus, les exigences de la loi divine étaient accomplies. Quelle loi ?

Hébreux 9 :22Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon.

Le pardon des péchés ne pouvait se manifester que si les conditions de la loi qui veut qu’il y ait effusion de sang pour que le pardon soit accordé. L’homme étant celui qui avait transgressé la loi, il était devenu pécheur. Or il fallait qu’un homme qui n’a commis aucun péché verse son sang pour accomplir cette loi. Il fallait qu’une personne qui n’a commis aucun péché donne sa vie pour notre pardon. Dieu étant la seule personnalité sans péché, Jésus s’est donné pour verser son sang pour ce pardon parce qu’il remplissait la condition de cette loi. En plus il fallait qu’il s’identifie au pécheur en portant ses péchés sur lui. C’est pourquoi Jésus a accepté d’être cloué sur une croix, car il est écrit :

Galates 3:13Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois,

En mourant donc sur cette croix en bois, il a pris toutes nos malédictions sur lui et a satisfait aux exigences de la loi divine.

Deuxièmement, cet homme voulait savoir ce qu’il pouvait faire pour hériter de la vie éternelle. Il essayait d’atteindre Dieu par ses efforts, mais il ne pouvait pas faire assez de bien. Il était pécheur et donc privé de la gloire de Dieu (Romains 3:23). Beaucoup aujourd’hui font la même chose. Ils pensent que leur présence à l’église ou leur service, etc, expieront leur péché, mais seul le sang du Seigneur Jésus-Christ peut nous purifier de nos péchés. Tous nos efforts sont insuffisants. Vous pouvez vivre mieux moralement que d’autres, mais n’être que le meilleur pécheur qui sera allé en enfer ! Vous devez reconnaître votre besoin d’un sauveur. Jésus savait que cet homme était incapable de se sauver lui-même. Il ne lui a pas demandé d’observer les lois de l’Ancien Testament afin qu’il puisse avoir le salut. La Loi n’a pas été donnée pour que nous puissions l’appliquer mais plutôt pour nous permettre de voir que nous en étions incapables et découvrir notre besoin d’un sauveur

Romains 3: 19-20  Car nul ne sera justifié devant lui par les oeuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché.

Pour le mettre à l’épreuve, Jésus a alors demandé à cet homme d’accomplir la loi afin que cet homme voit réellement son besoin de Dieu et qu’il appelle Jésus à l’aide. Le jeune homme a dit qu’il avait observé tous les commandements toute sa vie ce qui était un mensonge selon Romains 3:23.

Romains 3:23 Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu;

L’homme ne peut pas se sauver lui-même; il doit avoir un sauveur. Alors Dieu a envoyé Son Fils Jésus pour condamner le péché dans la chair afin que nous puissions recevoir la justice de Dieu

Jésus le savait, alors pour le coincer, il lui a dit d’aller vendre tout ce qu’il avait, de donner l’argent aux pauvres, puis de venir le suivre. Cela devait lui faire comprendre qu’il avait brisé le tout premier commandement, qui était: « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » (Exode 20: 3). Cet homme était riche et son argent était en fait son dieu, et il s’en est allé triste prouvant que ses biens étaient plus importants que la vie éternelle qu’il recherchait tant. Tu ne peux pas entrer dans le Royaume de Dieu si tu n’es pas prêt à faire de Jésus christ le seul Seigneur de ta vie.

La troisième chose qu’il a mal faite, c’est qu’il n’a pas fait de Jésus son Seigneur (chef et maître). Il n’était pas disposé à avoir un engagement complet de sa vie et la mettre sous le contrôle de Jésus. Le verset 20 dit que Jésus l’aima, mais Jésus n’a pas changé son standard. À moins qu’un homme ne veuille faire de Jésus le Seigneur de tout, Jésus ne peut pas être le Seigneur dans la vie de cet homme. Dieu n’a toujours pas changé son standard. Tu dois reconnaître ta dépendance complète de Jésus seulement et lui donner ta vie.

Romains 8: 3-4Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,4  et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.

Nous sommes rendus acceptables à Dieu à cause de ce que Jésus est et de ce qu’il a fait. Jésus a accompli la justice de ce que la loi exigeait pour nous. C’est pourquoi Jésus a dit qu’il était le seul chemin vers le Père.

Jean 14: 6Jésus lui dit: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.

Actes 4:12: Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.

Dieu est le seul qui puisse fournir le salut à l’homme, à travers Jésus; et toute autre tentative de s’approcher de Dieu, quelle que soit la sincérité, aboutira à un échec total avec le résultat de la mort éternelle.

L’engagement à Jésus comme Seigneur de tout doit être là. Le Seigneur est plein de miséricorde, et son amour couvre une multitude de péchés (Proverbes 10:12), mais peu importe la façon dont vous le faites, vous devez prendre l’engagement que Jésus est le Seigneur de tout.

J’ai accepté Jésus dans ma vie il y a trente ans. Au commencement de ma foi, Jésus ne régnait pas dans beaucoup de domaines de ma vie.  C’est alors que j’ai commencé à vraiment consacrer ma vie totalement à Jésus et au fur et à mesure que Dieu me révélait la vérité, je cédais dans ces domaines. J’hésitais temporairement sur certaines choses qu’Il me montrait, mais parce que j’avais fait Jésus-Christ Seigneur, Il triomphait toujours sur moi jusqu’aujourd’hui.

 Romains 10: 9: « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé ».

A cette heure vous avez une compréhension claire de votre situation actuelle. Il est temps de prendre une décision éternelle soit rester dans la postérité de Satan dans laquelle vous êtes nés avec les fausses religions chrétiennes ou non et ses sectes mensongères soit traverser par la foi le voile qui vous empêchait de comprendre votre perdition et devenir un véritable chrétien « né de nouveau ». Si nous confessons de notre bouche que le Seigneur Jésus est mort à la croix pour nous sauver et que nous croyons du fond du cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts nous sommes sauvés !

Après cette confession nous sommes prêts à rejoindre la compagnie des rachetés pour vivre une vie par la puissance de l’Esprit Saint qui vient habiter en nous. Ceci est l’enseignement qui doit suivre cet engagement à savoir comprendre ce qu’est : Marcher par l’Esprit.

Jas 1:27  La religion pure et sans tache, devant Dieu notre Père, consiste à visiter les orphelins et les veuves dans leurs afflictions, et à se préserver des souillures du monde.

Le christianisme est aussi une religion dans la mesure où par l’amour de Jésus Christ dans notre cœur nous pratiquons de bonnes œuvres et nous nous préservons des souillures du monde.

Ac 24:14  Je t’avoue bien que je sers le Dieu de mes pères selon la voie qu’ils appellent une secte, croyant tout ce qui est écrit dans la loi et dans les prophètes,

En conclusion : le christianisme dès le départ fut appelé une secte parce que les enseignements qu’elle propageait étaient aux antipodes de la religion traditionnelle juive dominante. C’est pourquoi même aujourd’hui nous ne sommes pas étonnés que de vraies communautés chrétiennes sont appelés des sectes par comparaison aux églises traditionnelles plus grandes et reconnues par un grand nombre. Le christianisme n’est pas une secte pernicieuse comme la Rose croix ou la Franc maçonnerie qui procède par des enseignements secrets divulgués à ses adeptes initiés. Cependant les chrétiens ne sont pas des religieux comme ceux qui croient au salut par leurs œuvres. Le christianisme est une relation active et vivante entre le vrai Dieu et l’homme.

Dites-moi ce que vous pensez, vos expériences ou votre réflexion dans la section commentaires en dessous. Sentez-vous libre de déposer une suggestion. Je serai heureux de recevoir de vous et donner de la valeur à votre contribution. 

Alain Bouwa

alainbouwa.com

[1] Discipling the Nations , Darrow Miller, page 200