Racines de la religion

Comment éviter que les chrétiens ne deviennent spirituellement impotents?

J’ai fait un constat en tant que pasteur, qu’il y avait une catégorie de chrétiens dans l’église qui malgré tous les efforts des prédicateurs pour expliquer la Parole de Dieu, ces personnes n’étaient pas transformées. Ils continuaient à vivre une vie chrétienne médiocre sans réel impact dans leur vies et encore moins dans le milieu où ils vivaient. On ne remarquait aucune volonté d’engagement dans l’œuvre de Dieu ou d’intérêt particulier pour une contribution significative. Tout semblait figé dans leur vie spirituelle, physique et morale.

Ces chrétiens devenaient lentement et sûrement des « religieux », c’est-à-dire des personnes parfois intellectuellement remplis de connaissances bibliques mais totalement déconnectées de l’œuvre de Christ. Ce sont des personnes qui assistent aux cultes mais dont la vie n’a pas d’impact significatif parce qu’ils ne se perfectionnent pas pour l’œuvre à laquelle ils sont appelés. Ils deviennent au contraire des fardeaux pour les serviteurs de Dieu.

La question est pourquoi la prédication, les enseignements de la Parole de Dieu qui est la puissance de Dieu pour le salut de l’homme peut-elle devenir si infructueuse dans la vie d’un chrétien ?

Les préalables

Eph 4:11-12  Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ,

La Bible dit que Dieu a donné aux hommes différents dons ministériels pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre à laquelle les chrétiens sont appelés. Ce qui signifie que les chrétiens viennent dans l’église locale pour une formation qui est supposée les rendre davantage parfait dans la tâche qu’ils doivent accomplir pour le Royaume de Dieu. Cette affirmation présuppose quelques préalables :

Que le chrétien comprend qu’il a une œuvre à laquelle Dieu l’a appelé.

Que le chrétien s’engage à répondre à l’appel de Dieu pour cette œuvre.

Que le chrétien fasse des efforts pour comprendre les enseignements ou la formation qu’il reçoit.

Que le chrétien s’efforce de rechercher en quoi la formation qu’il reçoit, est utile par rapport à sa vie et à son appel.

Que le chrétien soit conscient que la formation des prédicateurs est d’une importance capitale pour son perfectionnement.

Que le chrétien comprenne qu’il y aura un prix à payer pour recevoir sa formation.

Que les enseignements qu’il reçoit doivent être digérés et que cette digestion dépend du temps passé à les étudier et à les méditer.

Que le chrétien comprenne qu’il y a un lien entre les enseignements qu’il recevra et les défis auxquels il fera face tous les jours et que son succès dépendra de la mise en application des enseignements.

Que le chrétien doit se soumette à cette formation et être désireux de la mettre en pratique.

Le constat

Malheureusement on constate que la plupart de ces préalables ne sont pas connus et acceptés.

Il s’installe dans la vie des chrétiens des logiques qui s’opposent à cette ligne de conduite à savoir :

Le manque total d’intérêt pour les enseignements bibliques d’où le manque d’assiduité.

Un grand décalage entre les valeurs enseignées et la vie courante des chrétiens.

Une tendance des chrétiens à réduire sa fréquentation des enseignements à l’église.

Peu ou pas de témoignage vivant de la transformation divine dans la vie des chrétiens.

Une tendance à intellectualiser les enseignements sans désir de les approfondir.

Ses besoins charnels du chrétien dominent tellement ses préoccupations qu’il devient comme sourd à la Parole de Dieu qu’il entend.

Le chrétien ressemble à un zombi religieux complètement déconnecté des choses spirituelles.

La formation à l’église locale manque sa cible et l’œuvre du Seigneur est paralysée.

En analysant ce phénomène, on peut se rendre compte qu’il s’agit de deux problèmes qui se chevauchent : un problème de communication et de discipline personnelle.

Un problème de communication

L’évangile est par excellence une affaire de communication. Pour corriger ce phénomène, il faut comprendre comment fonctionne la communication. Dans la communication, il y a un émetteur et un récepteur. Une communication réussie se manifeste lorsque l’émetteur et le récepteur sont accordés pour que le message de l’émetteur atteigne sa cible à savoir le récepteur sans une distorsion du message.

Pour ce faire le messager doit s’assurer que le message est envoyé dans le bon format et que son récepteur qui est sa cible a les moyens de bien décoder le message pour le recevoir. Ici le prédicateur c’est le messager et le récepteur c’est le chrétien.

Les deux doivent être préparés d’avance pour une bonne communication. Le prédicateur étant le messager, il doit s’assurer qu’il a bien préparé le message en fonction de sa cible dans une forme que le chrétien puisse le recevoir comme il se doit. Il doit aussi préparé sa cible qu’est le chrétien à bien décoder le message.

Dans ce cas si le message ne passe pas, c’est probablement parce que la cible ne comprend pas d’abord l’objet du message qui lui est adressé. Le chrétien n’a pas été préparé pour traiter le message selon le but pour lequel il a été envoyé. Car si le chrétien ne comprend pas que la Parole de Dieu qu’il reçoit doit être traduite par des actions de transformation dans sa vie, il ne le recevra pas tel qu’il se doit.

Le processus de communication des enseignements de la Parole de Dieu devrait donc commencer par une préformation à la réception du message du prédicateur. Les chrétiens devraient être préalablement formés à comprendre la nature des enseignements, leur utilité et leur utilisation. Sans cette formation il n’y aura pas d’intérêt et la cible sera manquée.

Il s’agit de faire une formation à l’écoute, au discernement, à l’application et aux bénéfices de la formation chrétienne. Tant que cette formation n’est pas actée, les bénéficiaires ne sauraient mettre en valeur ce qu’ils reçoivent. Voilà le problème majeur dont l’église fait face en ce moment. Cette préformation aura pour but d’adresser les préalables qui ont été listés plus haut et qui se dressent comme des barrières pour la réception des enseignements et formations dispensées dans l’église locale.

Sans cette préformation, le chrétien ne comprends pas ce qu’il est censé faire des merveilleuses leçons qu’on lui donne. Cette préformation doit pouvoir premièrement montrer l’importance de marcher par l’esprit comme préalable pour recevoir et être renouvelé dans son intelligence par la Parole de Dieu. Cette préformation sera un moyen de sensibiliser le chrétien à sa responsabilité face aux œuvres qu’il doit accomplir. Cette préformation prépare le chrétien à donner de la valeur au travail de perfection que fait le prédicateur dans sa vie.

Un problème de discipline personnelle

Mt 28:20  et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.

Les dernières paroles de Jésus à ces disciples, ceux qu’il avait lui-même formé étaient : enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. En disant cela, Jésus nous donne le modèle d’enseignement efficace pour former ses disciples, celui qu’il a lui-même pratiqué. Que signifie donc « enseigner à observer » ? Dans cette phrase il y a deux choses importantes : l’enseignement et l’observation de l’enseignement. L’enseignement doit être donné de manière à ce que le disciple observe cet enseignement. Comment de manière pratique Jésus a-t-il enseigné à observer ?

Tout au long de la vie communautaire entre Jésus et ses disciples on voit un enseignant embarqué dans la vie de chaque jour avec ses disciples. Pendant qu’il guérit les malades, prêche ou mange, Jésus est avec ses disciples. L’enseignement de Jésus était à la fois théorique et pratique. Jésus intervenait de temps à autre pour corriger leurs mauvais comportements, il intervenait par des enseignements, des énigmes, des questions et des explications. Les disciples pouvaient donc observer, écouter Jésus et apprendre les principes qu’il prescrivait.

Le modèle d’enseignement de Jésus est un enseignement où les principes enseignés le sont de manière pratique. Jésus saisissait les situations qu’ils traversaient ensemble pour démontrer la différence entre le caractère du royaume de Dieu et celui du monde.

La question est pouvons-nous utiliser ce même modèle d’enseignements dans nos églises locales aujourd’hui?  Quand nous observons ce que les apôtres ont fait après la mort de Jésus, on se rend bien compte qu’ils ont dû réviser le modèle de Jésus pour l’adapter à leur contexte car ils étaient confrontés à des situations qui rendaient le modèle du Seigneur impossible à mettre en pratique. Les églises locales aujourd’hui se trouvent  aussi dans des contextes différents et de la même manière, la sagesse implique qu’elles adaptent le modèle de Jésus à leur contexte et leurs moyens.

Faire des disciples en enseignant à observer ce que Jésus a prescrit, c’est comme former à un métier. Pour bien apprendre un métier, on a besoin de se conformer aux règles qui sont nécessaires à son apprentissage. Or sans discipline on ne peut pas acquérir les aptitudes, les habitudes et le caractère qui forment l’apprenant pour son ouvrage. C’est pourquoi faire des disciples, exige premièrement que l’enseignant vive ses enseignements comme preuve que c’est un modèle possible d’observer et deuxièmement que le disciple développe à son tour une discipline personnelle pour observer ce que l’enseignant lui a prescrit.

Romains  6:6  sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;

La formation des disciples est un perfectionnement de la vie spirituel de ce dernier. Le disciple arrive dans cette formation avec un caractère, des habitudes, des pensées et des aptitudes qui sont fondés sur son vieil homme. Le vieil homme est la vie charnelle qui avait dominé sa vie dans le monde mais qui doit être crucifiée pour laisser vivre l’homme nouveau que Dieu veut bâtir.

Ephésiens 4 :21  si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits22  à vous dépouiller, 4-22 eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses,

Dans la formation du disciple, il ne s’agit pas seulement de comprendre et d’accumuler un savoir ou des principes mais de faire siens tous les enseignements par une vie nouvelle qui se développe dans son cœur. C’est-à-dire un renouvellement de son intelligence ou de ses pensées et raisonnements sur tous les sujets, un renouvellement de ses émotions, de ses choix et priorités qui doivent déboucher sur la formation d’une nouvelle personnalité.

1Corintiens 9:27  Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d’être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres.

Il ne faut jamais oublié que cette alchimie spirituelle se produit par la puissance de Dieu et la foi du disciple. C’est lorsque le disciple accepte la discipline de la Parole de Dieu que le miracle se produit. L’enseignant a pour rôle de suivre et encadrer le processus qu’il observe dans la vie du disciple en lui apportant les briques de construction spirituelle dont il a besoin mais c’est la volonté du disciple de se conformer à la Parole de Dieu par une discipline personnelle qui ouvre la voie à l’action du Seigneur dans sa vie.

C’est à  ce prix que nous pouvons éviter que des chrétiens nés de nouveau se transforment d’années en années en zombis religieux qui ne participent que de manière marginale à l’œuvre du Royaume de Dieu et deviennent des cibles de l’ennemi pour déstabiliser les églises locales car un chrétien oisif est une plateforme de Satan pour lancer des attaques contre l’église locale. Faire des disciples en enseignant à observer ce que Christ a prescrit est la seule manière de contrer les ravages que les soucis de ce siècle réalisent en étouffant la parole de Dieu dans la vie des chrétiens et créé les racines de la religion dans l’église locale.

Alain Bouwa

Raviver notre premier amour

Matthieu 18 :2335 C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.24  Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.25  Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée.26  Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.27  Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.28  Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois.29  Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai.30  Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait.31  Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.32  Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; 33  ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? 34  Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait.35  C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.

Cette parabole nous place au cœur du christianisme moribond que nous vivons aujourd’hui. L’Eglise de Jésus Christ est remplie de serviteurs comme celui qui est décrit ici. Une Eglise dans laquelle les serviteurs pour la plupart ont perdu leur premier amour. Nous devons lire cette parabole dans le contexte de celui-ci. En effet Jésus raconte cette histoire pour nous décrire ce qu’est le royaume des cieux. Le royaume des cieux reviendra sur terre quand le roi du 1er, du deuxième et du 3ème ciel sera de retour sur la terre. Dans ce contexte, le roi retourne pour que ses serviteurs lui rendent compte. Nous pouvons situer cette parabole à la fin des temps où nous sommes. Cette parabole nous parle d’un serviteur débiteur du roi qui était débiteur d’une somme qu’il lui était impossible de payer car le roi ordonna qu’il fut vendu : lui, sa femme, ses enfants et tous ses biens pour que sa dette fut acquittée.

Emu d’amour et de compassion, le roi remit la dette entière de son serviteur qui ne demandait pas tant. En effet son plaidoyer envers le roi fut qu’il lui donne le temps de payer sa dette. Par la suite le serviteur sur sa route rencontre une personne qui lui doit de l’argent et au lieu d’accéder lui aussi au plaidoyer de celui-ci, il le jette en prison jusqu’à ce qu’il paye toute sa dette. Le comportement du serviteur fut rapporté au roi qui le jeta lui aussi aux bourreaux jusqu’à ce qu’il paye sa dette. En conclusion, Jésus nous dit que Dieu nous traitera de la même manière si nous n’avons pas d’amour pour nos frères.

Ce message est d’actualité pour peu qu’on veuille s’y pencher avec intelligence car aujourd’hui comme dans la parabole, les chrétiens sont devenus insensibles aux cris de ceux qui ne sont pas sauvés. La religion a fermé les oreilles des enfants de Dieu qui agissent comme ce serviteur méchant. Dieu nous a fait grâce d’entendre et de recevoir un pardon pour des fautes que nous ne pouvions pas de nous-mêmes expier. Nous avons reçu un don incroyablement merveilleux sans payer un sou. Cependant au lieu de donner à notre tour cette opportunité aux autres qui en ont besoin, nous leur refusons l’entrée au ciel par pur égocentrisme.

Matthieu 16 :19 Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

Quand on lit le texte de la parabole, on est en droit de se demander comment ce serviteur pouvait-il être si insensible ? Comment pouvait-il manquer d’amour pour son frère après qu’il ait été gracié par le roi ? C’est oublier que lorsque nous lisons le texte, nous devons le mettre dans notre propre contexte. De même que ce serviteur avait plaidé avec le roi pour recevoir sa grâce, nous aussi nous avions plaidé avec le Seigneur qu’il nous pardonne nos offenses et il l’a fait. Puis le Seigneur nous a donné les clefs du royaume des cieux pour l’ouvrir à notre tour aux autres. Que font les chrétiens de cette génération ? Que faisons-nous de la grâce, des talents, des ressources qui ont été investi par le Seigneur sur nos vies ? Sommes-nous conscients que le moment de rendre compte est déjà venu ? La plupart des chrétiens sont avides de miracles pour leur propre compte. Les chrétiens dilapident les ressources que Dieu leur a confiées et se fichent de la condition des non croyants. Ils n’ont de compassion et d’amour que pour eux-mêmes. C’est la même attitude qu’a eu ce serviteur méchant.

Par amour, Dieu a donné son Fils unique afin que nous soyons sauvés mais une fois délivré, nous nous comportons comme ce serviteur méchant qui n’a pas reçu l’amour et la compassion de son roi. Je crois que ce serviteur avait toujours à cœur de rembourser sa dette car s’il avait compris ce qu’il avait reçu, il aurait été généreux envers son compatriote. Aujourd’hui aussi beaucoup de chrétiens n’ont pas reçu l’amour de Dieu. Les chrétiens continuent à vouloir payer pour leurs péchés dans la mesure où ils croient que Dieu les aime pour leurs performances. C’est par crainte de ne pas satisfaire aux exigences spirituelles que beaucoup viennent à l’église, c’est pour ne pas être maudit qu’ils donnent leur offrandes et leur dîmes, c’est pour avoir des miracles qu’ils prient et qu’ils jeûnent. Les chrétiens croient que Dieu les bénira sur la base de leurs performances spirituelles.

1corinthiens 13 :1-2 Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit.2  Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien.

L’amour de Dieu n’a pas été compris par beaucoup de chrétiens qui n’agissent pas par amour pour Dieu mais par obligation religieuse. La bible nous dit dans ce cas que nous sommes une cymbale qui résonne. Nos performances spirituelles ne sont rien, Dieu ne nous béni pas parce que nous payons un prix, Dieu ne nous donne pas des dons sur la base de nos performances. Ceci est un mensonge car il fait don à qui il veut. Un don ce n’est pas un mérite mais une grâce qu’on ne mérite pas si non ce n’est plus un don. Tout don, toute action qui ne se produit pas par l’amour divin est une pure perte. Ce que Dieu veut c’est une relation d’amour avec lui où nous agissons poussé par l’amour de Dieu manifesté en nous et non des actes religieux. C’est la raison pour laquelle les miracles se font rares. Dieu cherche une génération qui va l’aimer comme Dieu nous a aimé. Une génération qui donne de ses ressources non pour être approuvée ou admiré des hommes, non pour recevoir quelque chose en retour, non pour accomplir un devoir religieux mais tout simplement par amour et compassion divine pour les autres. Une génération qui dira : je donne parce que j’ai reçu l’amour de Dieu pour partager ma vie. Une génération qui dira que ma vie soit un don pour les autres, un parfum de bonne odeur pour mon Dieu parce que je l’aime.

Apocalypse 2:4  Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour

Si ce serviteur avait reçu cet amour du roi dans son cœur, s’il avait compris la compassion du roi pour lui, il aurait pardonné son frère. Malheureusement son cœur était dur comme une pierre. Combien aujourd’hui sont prêt à faire aux autres ce que Dieu a fait pour eux ? Pourquoi est-il si difficile pour beaucoup de chrétiens de donner de leur temps, de leurs ressources et de leur expertise pour le service de Dieu ? Pourquoi les chrétiens sont-ils si friands non de ce qu’ils peuvent donner mais de ce qu’ils peuvent tirer de l’église?

Parce que l’amour et la compassion de Dieu a disparu de leur cœur, leur premier amour s’en est allé. Dieu nous dit qu’il nous traitera durement comme ce serviteur méchant si comme lui, nous n’avons pas compassion des autres qui sont hors du royaume des cieux et qui supplient que quelqu’un leur ouvre la porte pour qu’ils entrent.

La religion a remplacé l’amour de Dieu

Romains 10 :17 Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.

Galates 5 :6 Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l’incirconcision n’a de valeur, mais la foi qui est agissante par la charité.

Aujourd’hui, l’évangile est présenté dans les églises sans l’évidence de la démonstration de la puissance de Dieu. Cet état de chose est dû à la religion qui a détrôné l’amour de Dieu dans les cœurs.  La foi vient de ce qu’on entend la Parole de Dieu (Romains 10 :17) mais la foi agit par l’amour (Galates 5 :6). Sans l’amour de Dieu notre foi ne se manifestera pas car la foi à elle seule ne suffit pas pour manifester la puissance de Dieu en action.

Dieu n’est pas impressionné par nos performances, dans la prière, le jeune et les récitations des versets bibliques. C’est l’amour que nous avons pour Dieu qui produit le miracle quand nous exerçons la foi. L’amour de Dieu en nous produit la passion pour Dieu, la pureté, la relation intime avec Dieu, la liberté, la sainteté. Sans cet amour on n’est un religieux.

Romains 5 :8 Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous.

Beaucoup de chrétiens n’ont plus une relation intime avec Dieu, ils sont liés à Dieu par la peur et la convoitise. Or l’amour banni toute crainte et la convoitise ne vient as de Dieu. Beaucoup de chrétiens croient que l’amour de Dieu dépend de leurs performances dans la prière, de leur performance dans l’obéissance des lois divines et c’est ainsi que la religion a remplacé la relation intime avec Dieu. Ils font toutes sortes de choses pour que Dieu satisfasse leurs convoitises. Ils prient, jeûnent et donnent pour avoir çi et çà. Ce que Dieu veut faire en eux et au travers d’eux importe peu.

Non, l’amour de Dieu ne dépend pas de nos performances car l’amour de Dieu s’est manifesté pour nous quand nous étions encore pécheur. Si l’amour de Dieu s’est manifestée envers nous quand nous étions encore pécheur à combien plus forte raison quand nous sommes devenus ses enfants.

Quelle est la qualité de ta relation avec Dieu aujourd’hui, es-tu amoureux de Jésus ? Quand on aime, on ne se sert pas de cette personne pour ses intérêts égoïstes. On le sert non parce qu’on attend quelque chose de lui, mais juste parce que l’on l’aime. Quand on aime une personne, on lui parle sincèrement sans la crainte d’un reproche. Nous passons du temps avec la personne qu’on aime par amour et non pour la religion. Dieu est une personne et nous devons le traiter comme notre père.

C’est la mauvaise qualité de la relation avec Dieu qui a éloigné les cœurs des chrétiens de la compassion pour les perdus. C’est pourquoi beaucoup n’entendent plus les cris de ceux qui veulent être sauvés. Cette connaissance de Dieu par son amour s’est évanouie de la vie de beaucoup de chrétiens. Comme ce serviteur méchant, il n’est plus capable d’être sensible à l’amour de Dieu pour les autres. Beaucoup ont perdu leur fondation et l’ont remplacé par la religion. Voilà pourquoi ils n’ont plus la passion des âmes et ne vivent plus que pour eux-mêmes.

C’est pourquoi nous devons raviver notre premier amour pendant qu’il est encore temps car la nuit vient vite et nous ne pourrons plus travailler. L’amour de Dieu qui nous pousse au sacrifice de notre vie est essentiel pour notre vie spirituelle.

Alain Bouwa

Relation et non religion

Si nous voulons quelque chose plus que nous ne voulons de Jésus, nous allons toujours finir par utiliser Jésus pour avoir cette chose que nous aimons plus que Jésus. Comprenez-moi bien. Nous pouvons jeûner et prier, évangéliser et donner à l’Eglise parce que nous voulons quelque chose de la part de Dieu. En réalité, nous nous fichons bien de le connaître et d’avoir une relation personnelle avec lui, ce qui nous intéresse, c’est comment avoir notre guérison, comment avoir ce job, comment avoir la protection contre les sorciers, comment avoir un conjoint, comment sortir de nos difficultés.

C est l’une des raisons pour laquelle Jésus dira à  certains : « je ne te connais pas ».  Pourquoi ? Parce que la nature de notre relation avec le Seigneur était biaisée. Cette nature biaisée se rencontre aussi avec le pasteur. Nous voyons le pasteur comme un instrument que nous pouvons utiliser pour atteindre nos objectifs égoïstes. Nous voulons qu’il prie pour nous afin que nous sortions d’une situation mauvaise mais nous ne sommes pas prêts à aider les autres à connaître Dieu. Nous ne voulons pas qu’il nous reprenne quand nous péchons. Nous ne voulons pas de son autorité sur nous. Nous voulons faire ce que nous voulons quand nous voulons.

Jacques 4 :8 Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs; purifiez vos coeurs, hommes irrésolus.

Si vous ne prenez pas du temps avec Dieu pour qu’il vous montre votre hypocrisie, vous allez manquer de marcher avec Jésus. La relation avec Dieu doit être en esprit et en vérité.

Par contre quand nous voulons de Jésus plus que tout autre chose, nous allons être prêt à nous séparer de quoi que ce soit pour garder notre relation avec Dieu. Nous n’hésiterons pas à quitter un travail qui est un obstacle pour une vie saine, nous n’hésiterons pas à donner même nos derniers sous s’il nous le demandait, nous serons prêt à changer de lieu d’habitation pour accomplir notre ministère mais surtout nous ne donnerons pas d’excuses pour justifier notre hypocrisie.

Ce que les gens ne comprennent pas c’est que Dieu ne nous demande pas de faire des efforts pour abandonner le péché, non ! Il sait que nous ne pouvons pas le faire. Pourquoi ? Parce que seule la grâce de Dieu en Jésus Christ est capable de nous donner ce pouvoir mais voici ce qu’il nous demande de faire : nous approcher de lui d’une manière volontaire et sincère et lui il fera pareil c’est alor que dans cette relation, sa puissance sera disponible pour abandonner le péché.  C’est ici la différence entre la religion et la relation.

La religion dit je dois faire des efforts terribles pour m’arracher du péché, la relation dit venez à moi vous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos. C’est notre communion avec Jésus qui pourvoit à notre protection et non nos jeûnes et prières, c’est notre communion avec Dieu qui a pour résultat la joie et la paix dans le Saint Esprit et non notre justice propre ou nos oeuvres. Dieu a renfermé tout ce qu’il a pour nous dans une simple relation personnelle avec Jésus. Tout y est, la grâce, la faveur, le repos, les dons, tout ce dont nous avons besoin a pour base la relation personnelle avec Dieu. Cette relation se fait par la foi car cette relation n’est pas physique mais spirituelle. La réalité de notre foi se manifeste dans l’obéissance à la Parole de Dieu. La foi sans les œuvres est morte. Donc les œuvres de notre foi ou les œuvres qui prouvent notre foi sont bonnes.

Donc si nous venons devant Dieu et que nous reconnaissons notre incapacités à faire ce qu’il nous demande de faire, si nous nous présentons devant lui pour recevoir sa grâce et sa miséricorde, il nous fera grâce et il nous remplira de sa force à lui.

Dites avec moi, Seigneur, je veux marcher dans une relation personnelle avec toi. Öte de mon cœur toute idole qui a remplacé ta présence dans ma vie. Je te le demande dans le nom de Jésus Christ. Amen.

Alain Bouwa

Allons-nous laisser Satan voler notre divin futur ?

Pour une fois, je vais partager en utilisant un des éléments qui touchent l’actualité mondiale. En effet lorsque j’observe ce qui se passe en ce moment aux Etats Unis d’Amérique, Je pense que nous vivons des moments extraordinaires qui nous rappellent des choses que nous avons lues dans les écritures. Dans plusieurs passages de la bible, nous lisons des récits fascinants qui racontent les délivrances que Dieu a opérées pour son peuple. Ce qui est constant c’est qu’avant que le peuple de Dieu ne soit délivré des mains de ces ennemis, il y a toujours un moment décisif que le peuple doit traverser. Ce sont des moments intenses où le peuple doit manifester soit sa foi en Dieu soit ses doutes vis-à-vis de ce que Dieu a dit. C’est dans de tels moments que Satan a potentiellement le pouvoir de nous voler notre divin futur. Allons-nous laisser Satan nous voler ce futur merveilleux que Dieu a pour nous? Pour le démontrer, voici deux exemples dans les écritures.

Lorsque le peuple d’Israël devait sortir d’Egypte en traversant la mer rouge. Le peuple était effrayé par le fait que l’armée égyptienne venait à toute allure derrière eux pour les remettre en captivité tandis que devant eux se trouvait la mer rouge qu’il était impossible à traverser par leur propres moyens. Le peuple devait soit croire à la parole que Dieu avait donné à Moïse et lui faire confiance pour sa délivrance ou se décourager et retourner dans l’esclavage de Pharaon. En regardant en arrière pour voir les chars de Pharaon, je suis certain que certains d’entre eux se sont mis à douter de la validité de ce que Dieu avait dit à Moïse. Je crois que certains ont commencé à dire de Moïse qu’il était un faux prophète. Je crois qu’il y avait aussi des Josué et Caleb qui s’appuyant sur la parole de Dieu ont gardé leur foi en Dieu malgré les nouvelles qui leur parvenaient concernant l’approche de l’armée de Pharaon. Ceux qui étaient incrédules ont dû se résigner à concéder la défaite d’Israël tandis que ceux qui avaient la foi l’ont gardé. Il y avait un enjeu terrible : soit laisser la peur de Satan les faire retourner à l’esclavage, soit entrer dans une vie de liberté avec Dieu. Un choix de vie ou de mort. La question à laquelle les israélites devaient répondre n’était pas est-ce qu’ils étaient en danger d’être capturé mais est ce qu’ils se mettraient en accord avec Satan pour croire que Dieu ne pouvait plus rien pour eux ?

Un autre exemple c’est celui de David et Goliath. Pendant 40 jours Goliath avait copieusement insulté l’armée d’Israël, demandant qu’elle envoie un homme se battre contre lui afin de déterminer quel peuple serait l’esclave de l’autre. Pendant ces jours de propagande, les soldats d’Israël et le roi Saül étaient pétri de peur et de frustration jusqu’à ce qu’apparaisse un jeune homme nommé David qui comprit l’enjeu de ces moments et accepta de relever le défi. Nous savons tous ce qui se passa. David par ses déclarations rétablit la vérité concernant son Dieu, et menaça Goliath. David tua Goliath malgré la différence de taille, malgré la petitesse de ses armes et malgré les paroles que Goliath avait utilisées pour terrifier l’armée d’Israël. Une fois de plus l’enjeu était l’esclavage de toute une nation par Satan et donc la destruction du futur divin de toute une génération. La question importante à laquelle le peuple était invité à répondre n’était pas : est-ce que Goliath était physiquement plus fort qu’eux tous mais est ce qu’ils pouvaient croire que Dieu leur donnerait un libérateur capable de terrasser Goliath? A cause de la foi de David, Israël fut épargné.

Nous vivons parfois de telles situations sans nous en rendre compte sur le plan personnel, sociétal et national. Chaque fois que Dieu nous fait une promesse, nous traverserons sûrement un moment où l’ennemi se lèvera en force pour contester cette promesse. Dieu permettra toujours à l’ennemi d’utiliser des mensonges pour nous effrayer et faire croire que nous sommes dans une situation de défaite pour nous amener à lui concéder la victoire. L’ennemi utilisera tous les moyens à sa disposition pour nous montrer qu’il est impossible de sortir victorieux dans les conditions qu’il aura lui-même conçues.

Dieu restera silencieux pour observer notre foi. Car sans la foi, il est impossible de faire intervenir Dieu dans une situation. Rappelons-nous que Dieu a donné à son peuple toute autorité sur la terre. A moins que nous croyons et agissions pour lui demander d’intervenir sur la terre, Dieu ne le fera pas. La question est Satan réussira-t-il à nous faire accepter la défaite. Soit nous nous plions à ce que nous voyons comme le fit le peuple d’Israël sur la base du rapport des dix espions et Satan vole notre divin futur, soit nous lui résistons fermement en déclarant comme Josué et Caleb la foi en ce que Dieu a dit.

Ces jours nous assistons à un événement mondial qui pourrait changer de manière durable le futur des nations particulièrement les Etats Unis d’Amérique. Il s’agit de l’élection présidentielle qui oppose le Président Trump et son challenger le Vice-président Biden. Le résultat de ces élections avait été prophétisé il y a plus de 10 ans par de nombreux prophètes en faveur du Président Donald Trump. Selon ces prophéties, le Président Trump serait le choix divin pour deux mandats de 4 ans. En 2016, le Président Trump fut élu pour 4 ans. Le 3 Novembre 2020, il s’est représenté pour un deuxième mandat.

Il y a deux jours on a assisté en une nuit à un revirement dans le comptage des voix où les voix du Président Trump ont perdu sa majorité confortable au profit de l’ex-vice-président Biden. Comme si la situation semblait irréversible, les médias ont annoncé la victoire de Joé Biden sur Donald Trump. A la suite de cette annonce une partie des chrétiens ont perdu la foi dans les déclarations prophétiques et se sont mis à accuser les prophètes qui avaient annoncé la victoire de Trump de faux prophètes. Par contre, d’autres chrétiens se sont mobilisés, croyant en la victoire du Président Trump malgré la puissante propagande des télévisions du pays et de l’étranger qui demandent aux américains d’accepter le résultat de la défaite de Trump.

Voilà donc encore une fois un défi que Satan a lancé à la face du monde aux chrétiens. Qui allons-nous croire ? Dieu ou la propagande des médias qui ne supportent pas l’agenda de Dieu ? Les américains vont-ils succomber et s’accorder avec Satan pour qu’on leur vole le futur de leur nation ou se tiendront-ils comme Josué et Caleb contre le mensonge ? Ce challenge existe dans toutes les nations, l’avenir des hommes et des peuples tient à la réponse à ce défi : croire ou non ce que Dieu a dit.

Peut-être as-tu reçu une assurance de Dieu sur ton futur, une parole prophétique mais lorsque tu regardes autour de toi, les circonstances ne vont pas de ce sens.  Au contraire c’est comme si les choses vont à l’opposé. Maintenant, l’ennemi te tourmente avec des pensées pour te décourager ou mettre le doute. Vas-tu succomber à l’appel à capituler de Satan ou vas-tu lui rappeler ce que Dieu a dit dans ce verset.

Habakuq 2:3  Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, Elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas; Si elle tarde, attends-la, Car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement

Ne laissons pas le doute nous voler la victoire. Ne nous accordons pas avec Satan et ses circonstances pour nous voler notre divin futur et celui de notre nation. Amen, amen amen !

Alain Bouwa

Prier : utiliser le pouvoir délégué de Dieu  

Dieu a planifié ce monde de telle manière que l’homme soit l’autorité spirituelle sur la terre. Dieu a aussi fait en sorte que ce soit l’homme qui puisse par son autorité délégué donner accès à Dieu sur la terre. En d’autres termes Dieu a besoin de l’autorisation d’un homme pour légalement intervenir sur les affaires de la terre. Dieu a volontairement limité ses possibilités d’intervention sur la terre. Il a volontairement fait en sorte que nous les hommes lui donnions un droit légal d’intervention sur la terre.

Genèse 1 :26  Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.

On voit ici que le conseil de Dieu déclare que c’est l’homme qui a la domination sur toute la terre. Si la domination n’avait pas été octroyé à l’homme, il n’aurait pas été nécessaire pour les hommes de prier. Dieu a donné donc aux hommes la responsabilité de gérer la terre. Ce qui signifie que Dieu ne saurait interférer dans les affaires des hommes à moins que Dieu y soit invité.  Ce principe est largement manifesté dans toute la bible. La prière consiste donc à donner à Dieu l’accès pour une intervention au travers de notre foi en lui. Si donc les hommes ne donnent pas cet accès à Dieu pour intervenir, la puissance, les ressources du ciel ne sauraient descendre. Voilà pourquoi Dieu a besoin de nous. C’est aussi la raison pour laquelle Dieu continue à nous pardonner, encore et encore parce qu’il a tellement besoin de nous pour avoir accès à la terre qu’il tolère nos iniquités.

  • Dieu a donné une autorité légale aux hommes sur la terre.

Le terme humain est composé de deux mots : humus qui signifie la terre et main qui vient de ish qui veut dire esprit. Donc l’humain est un esprit emprisonné dans une enveloppe de terre. L’humain n’a pas de sexe mais c’est un esprit enveloppé soit dans un corps féminin ou masculin. L’esprit n’est ni féminin, ni masculin. Voilà pourquoi quand nous lisons la bible, Dieu ne s’adresse pas aux hommes ou aux femmes de manière différente quand il parle aux humains. Quand il dit : « quiconque entend ma voix », il ne fait une référence de genre. C’est pourquoi cette obsession que les hommes surtout aux USA ont au sujet du genre est stupide. Ils ont même créé une bible dans laquelle on n’utilise plus le prénom il pour Dieu mais elle. Dieu est esprit et un esprit n’a pas de genre.

Si Dieu a créé des hommes et des femmes, c’est parce que l’homme devait venir avec la femme ensemble pour reproduire de nouveaux corps dans lequel d’autres esprits devaient être envoyés pour y vivre. S’il n’y avait que des mâles sur terre, il serait impossible pour Dieu de produire de nouvelles habitations pour les esprits nouveaux qu’il enverrait sur la terre. C’est la raison pour laquelle Dieu appelle l’homosexualité, une abomination et ce n’est pas une insulte mais un fait biologique. Dieu a donné aux seuls esprits habitant des corps physique, l’autorité sur la terre.

Genèse 1 : 27-28 Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme.28  Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre.

L’homme est un esprit dans un corps. Dieu n’a jamais donné un corps terrestre à un ange. Il n’a jamais demandé à un ange de dominer sur la terre car ce serait en violation avec le mandat qu’il a donné à l’homme. C’est ici qu’il faut comprendre que les anges sont en situation illégales sur la terre. La terre n’est pas leur juridiction d’autorité. Chaque fois que vous lisez un récit d’un ange sur la terre, il vient pour faire des choses pour le bien des hommes parce que les anges sont nos serviteurs.

Hébreux 1 : 13-14  Et auquel des anges a-t-il jamais dit: Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied? 14  Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut?

Les anges sont au service des saints et ne doivent jamais être adorés. Les anges sont d’une classe inférieure aux hommes. Ce sont des esprits mais ils ne sont pas à l’image de Dieu. Nous sommes les seuls esprits qui portent avec eux l’image de Dieu. Nous sommes les seuls à porter les caractéristiques de Dieu, nous pouvons dire que nous faisons partie de la famille de Dieu.

Dieu nous a formé 100% esprit et 100% terrestre et avec cela Dieu nous a placés sur terre comme ses représentants, ses ambassadeurs. Puis il nous a donné la responsabilité et l’autorité sur la terre en disant que c’est ce que nous permettrons sur la terre qui arrivera. Nous avons le pouvoir de stopper ou de laisser passer. C’est pourquoi un esprit sans un corps sur la terre est dans l’illégalité. Voilà pourquoi les mauvais esprits cherchent par tous les moyens une maison d’habitation pour agir de manière légale sur la terre. Les démons sont sur la terre de manière illégale.  Voilà aussi pourquoi la prière est nécessaire puisque Dieu s’est rendu lui-même illégal sur la terre.

Genèse 3 :14-15   L’Eternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. 15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

Pourquoi Dieu a-t-il maudit le serpent en disant?  Parce que le serpent avait donner à Satan son corps pour agir légalement sur la terre. On comprend aussi maintenant la profonde signification de la parole de Dieu adressée à Satan au verset 15 et 16 parce qu’il lui annonce littéralement qu’il va utiliser le corps de la femme qu’il venait de tromper comme un véhicule pour entrer légalement sur la terre afin d’écraser sa tête et restaurer ce que lui Satan avais volé à ses enfants.

Cela fut accompli quand Christ est entré en Jésus pour venir dans ce monde. Donc Jésus est le corps que Christ l’esprit qui a habité afin de permettre à Dieu de venir légalement dans ce monde arracher à Satan ce que Satan avait pris.

Esaïe 7 :14 C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel.

Esaïe a vu ce mystère lorsqu’il dit que la vierge enfantera un enfant mâle et il s’appellera : Emmanuel. Le nom Emmanuel est composé de 2 termes qui signifient : El qui vient d’Elohim (Dieu) Emman qui signifie l’humain. En somme Dieu habitant dans le corps d’un homme. La naissance de Jésus a rendu la présence de Christ légale sur la terre. C’est pourquoi il est appelé Jésus-Christ ou Jésus le Christ. Nous pouvons donc dire que la prière n’est pas une activité religieuse  mais elle est : le fait de donner la permission légale à Dieu, d’interférer dans les affaires de la terre, c’est le fait pour l’homme de libérer l’autorité du royaume des cieux sur la terre

La prière est un plaidoyer, c’est-à-dire une demande légale envoyée au gouvernement du ciel et basé sur les droits constitutionnels protégés par les lois bibliques. La prière c’est la demande d’un citoyen du Royaume de Dieu basée sur des droits garantis par la constitution divine. Amen, amen, amen !

Alain Bouwa

ô mort où est ton aiguillon ?

Beaucoup de personnes se posent la question de savoir si la mort a un but, certains disent que la mort est absurde. Pourquoi toutes ces interrogations au sujet de la mort ? Je sais une chose importante, c’est que Dieu a créé chaque chose avec un but. La peur de la mort amène les hommes à suivre des méthodes sataniques pour conjurer la mort. J’ai aussi constaté que beaucoup de chrétiens nés de nouveau vivaient constamment sous la peur de mourir. Qu’est ce qui fait que la mort vole tant de ressources dans la vie des hommes ?

Eccl.3 :11 Il fait toute chose bonne en son temps; même il a mis dans leur coeur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’oeuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin.

Après la mort le néant

D’aucuns disent que la mort c’est un passage vers le néant. Il n’y a qui croient qu’il n’y a plus rien après la mort, il n’y a pas de vie, il n’y a pas de souffrance, il n’y a pas de jugement, rien n’existe plus. Cependant Dieu a fait en sorte que la pensée de l’éternité puisse hanter l’homme. Quoi qu’il fasse l’homme veut laisser une postérité, quelque chose qui survivra après sa mort.

1Co 15:32  Si c’est dans des vues humaines que j’ai combattu contre les bêtes à Ephèse, quel avantage m’en revient-il? Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons.

L’apôtre Paul dit ici à quoi bon se priver, si il n’y a pas de résurrection des morts :  » mangeons et buvons, car demain nous mourrons ».  Peut-on considérer l’existence comme une fin en soi ? Ceux qui pensent ainsi croient qu’il n’y aura aucune justice après la mort. De telles pensées déforment l’image de Dieu et suggère que Dieu est injuste.

La réincarnation

La réincarnation stipule que l’homme est condamné à renaître autant de fois qu’il sera nécessaire, afin d’expier ses fautes et parvenir à la perfection. Donc pour eux lorsqu’une personne meurt, elle revient dans ce monde sous une forme animale ou quelconque qui lui permettra de payer les fautes qu’elle aura commise.

Le purgatoire catholique

Il y en a qui croint que la mort est un passage vers un lieu de purification. Ils appellent ce lieu le purgatoire. Ils croient que parce que l’homme a péché pendant sa vie sur terre, Dieu a préparé un lieu où il doit purger toutes ses fautes avant d’entrer dans un paradis. Alors les hommes font des messes et des messes pour les morts espérant que d’autres en feront autant pour eux quand ils mourront. Il y a encore des gens qui s’y trouvent aujourd’hui après des centaines voire des milliers d’années puisque qu’on continue à prier pour eux.

Que dit la bible sur la mort?

Ecclésiaste 12 :1 Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton coeur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton coeur et selon les regards de tes yeux; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement.

Hébreux 9 :27 Et comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement,

Hébreux 9 :27 et Ecclésiaste 12 :1 affirment une vérité qui contredit la plupart des théories des hommes sur la mort car il est écrit qu’après la mort, il n’y a pas de purgatoire, il n’y a pas de Karma ou de néant. Après la mort c’est le jugement de Dieu qui suit.

Plusieurs passage de la bible nous parlent d’un jugement après la mort, pourquoi ? Parce que Dieu a créé ce monde sur des principes. L’un de ces piliers, c’est la justice. Dieu n’a pas créé un monde où l’injustice doit régner éternellement. Un monde où la justice de Dieu est exclue est une illusion.

Matt 12:36  Je vous le dis: au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu’ils auront proférée.

Personne n’échappera à son jour de jugement et ce jugement sera si précis que même les paroles vaines que les hommes auront proférées seront jugées.

Ap 1:18  J’étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts.

Jésus a prouvé qu’il a vaincu la mort en ressuscitant. Jésus est descendu dans les profondeurs de la terre après sa mort et a arraché à Satan les clés de la mort.

Col 2:15  il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Quand Jésus est entré dans la mort, Satan a été dépouillé de tout. Malheureusement Satan en instiguant de fausses théories sur la mort a rendu difficile pour l’homme moderne d’accepter cette simple vérité de la rédemption de Jésus Christ.

Le Mystère de la mort des saints

1Corinthiens 15 :53-57 53  Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité.54  Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite: La mort a été engloutie dans la victoire.55  O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon?56  L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi.57  Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ!

En mourant sur la croix, Jésus ne nous a pas seulement délivrés de nos péchés mais il a obtenu la victoire sur la mort. Pour nous les chrétiens, la mort n’a plus de pouvoir sur nous car son aiguillon a été ôté.

Quand vous vous faites piquer par une abeille ou une guêpe, pendant qu’elle vous pique, elle laisse dans votre chair, une substance qui va faire terriblement mal. C’est ce qu’on appelle l’aiguillon. Une fois piqué, l’insecte devient sans force parce qu’il n’a plus d’aiguillon. Si l’aiguillon est retiré, alors vous n’avez plus mal.

Paul s’exclame : O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? Pourquoi ? Parce que le péché qui était l’aiguillon de la mort a été ôté. Ce qui faisait la force de la mort avant que Jésus n’aille à la croix c’était le péché. En mourant sur la croix, Jésus a ôté ce qui faisait que la mort soit invincible.

Voilà pourquoi, Paul pouvait dire que pour lui mourir était un gain. Le péché ne peut plus nous empêcher de recevoir l’immortalité. Celui qui croit en Jésus vivra après sa mort parce que la mort ne pourra plus l’empêcher de vivre la nouvelle vie glorieuse sans péché que Dieu avait réservé pour l’homme.

Aujourd’hui tu vas prendre autorité sur tout esprit de peur qui pouvait manipuler tes pensées pour te maintenir dans la captivité de la peur de mourir au nom de Jésus ! Tu vas proclamer que la victoire de Jésus à la croix te libère de la crainte de la mort. Que le sang de Jésus t’a racheté de la crainte que procure la mort ! Sois maintenant libre de consacrer ta vie entière pour le service des autres au lieu de te focaliser sur comment échapper de la mort. Amen, amen, amen !

Alain Bouwa

Comment nos valeurs influenceront-elles notre vie au ciel?

La vie dans le ciel

La dernière fois j’ai parlé de l’échelle des valeurs et j’ai demandé d’aligner notre échelle avec celle de Dieu. L’échelle de nos valeurs est déterminante pour la manière dont nous allons vivre sur terre mais surtout au ciel. La question est : comment notre échelle de valeur influencera –t-elle notre vie dans l’au-delà ?

Mt 6:19-21  Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où la teigne et la rouille détruisent, et où les voleurs percent et dérobent; 20  mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent.21  Car là où est ton trésor, là aussi sera ton coeur.

Ici Jésus enseigne une loi spirituelle très importante qui a des conséquences jusque dans l’éternité. Beaucoup de chrétiens ne savent pas que la manière avec laquelle ils auront vécu sur cette terre déterminera aussi celle qu’ils mèneront dans leur éternité. Par cette parole Jésus nous fait comprendre premièrement qu’il y a des trésors sur la terre comme il y en a dans le ciel. Jésus nous fait savoir que les trésors que nous amassons sur la terre sont temporaires et ne sont pas garantis parce qu’ils peuvent être volés et se détruire. Il nous amène à voir que nous pouvons par sagesse, nous amasser des trésors éternels dans le ciel.

De quoi s’agit-il ? En réalité jésus nous demande de réfléchir sur la manière dont nous vivons sur terre et l’échelle de nos valeurs. La vérité est que plus une chose a de la valeur, c’est-à-dire est considérée comme un trésor, plus nous allons y consacrer davantage de notre vie. Tout le monde a une vie et selon qu’il considère qu’une chose a de l’importance pour lui, il y consacrera sa vie c’est-à-dire : son temps, ses priorités, ses ambitions, sa réputation, ses ressources matérielles et financières etc.

Jésus nous dit donc : faites attention à la manière dont vous considérez l’importance des choses, à la manière dont vous voyez, percevez vos priorités ou votre échelle de valeurs. Pourquoi ? Parce qu’elle a des conséquences sur la manière avec laquelle nous passerions l’éternité. Pourquoi amasserions-nous des trésors si nous n’allons pas les utiliser ? Lorsque nous amassons des trésors, c’est parce que nous voulons nous en servir dans la suite de notre vie que ce soit sur terre ou dans le ciel. Si Dieu donc nous révèle que nous pouvons avoir des trésors au ciel, c’est pour nous inciter à en posséder. Les trésors amassés sur terre ont une durée limitée tandis que ceux que nous amassons dans le ciel ont une durée illimitée. La question à laquelle Jésus nous demande de répondre est : à quoi servirait-il à une personne d’amasser des trésors qui ne sont que d’une utilité temporaire ou d’aucune utilité tandis qu’il néglige ceux qui sont éternels?

Lu 16:9  Et moi, je vous dis: Faites-vous des amis avec les richesses injustes, pour qu’ils vous reçoivent dans les tabernacles éternels, quand elles viendront à vous manquer.

Lu 16:11  Si donc vous n’avez  pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables?

Ces versets sont tirés de la parabole de l’économe infidèle qui devait rendre compte à son maître de sa gestion. A la fin de cette parabole Jésus considère que cet homme a eu un comportement intelligent lorsqu’il s’est mis à réduire la dette de ses créanciers pour s’assurer la reconnaissance de ses personnes lorsqu’il sera dans le manque. Jésus en nous demandant de faire comme cet économe malveillant, répond à une question très importante : quelle sera l’utilité des trésors amassés au ciel ?

Dans Luc 16 :9,  Jésus nous fait comprendre que les tabernacles éternels sont pourvus ici sur la terre en transformant nos ressources matérielles en trésors dans le ciel. La phrase : quand elles viendront à vous manquer est difficile à expliquer et apporte beaucoup de polémiques cependant, au verset 11, Jésus pose une question fondamentale : Si donc vous n’avez  pas été fidèles dans les richesses injustes, qui vous confiera les véritables?

Ceci est une chose dont on parle très peu. Voici une révélation qui doit nous interpeller par rapport à la vie dans l’au-delà. Nous aspirons tous à vivre dans l’éternité au ciel mais est ce que nous pensons comment investir pour y acquérir des trésors ? C’est parce que nous avons une fausse idée de la vie du ciel que nous ne le faisons pas. Nous avons toujours pensé que quand nous y serons, nous n’aurons plus rien à faire, que ce sera une vie sans activité. Ici Jésus nous commande d’être fidèles dans les richesses injustes parce que c’est une valeur qui procure de véritables richesses.

Si sur la terre nous courrons pour amasser de fausses richesses, qu’en sera-t-il au ciel quand nous verrons de véritables richesses ? Personne ne connais exactement comment se passera la vie de l’au-delà mais si Jésus nous motive à acquérir de véritables richesses là-haut, c’est qu’elles seront importantes. Que valent quelques années de manque sur la terre comparée à l’éternité avec des richesses éternelles? Avoir et poursuivre l’acquisition de récompenses au ciel n’est donc pas une chose négligeable.

Jésus nous demande de convertir nos richesses sur la terre en se faisant des amis sur la terre avec nos richesses injustes. C’est pourquoi si nous adoptons l’échelle des valeurs de Dieu, nous deviendrons des hommes sages pour l’éternité.

Que constatons-nous ? Beaucoup de chrétiens mettent l’accent sur des choses temporaires et futiles parce que terrestres et ne mettent que très peu d’accent sur les choses éternelles. Bien aimé, il est temps de réaliser l’erreur que nous faisons et de nous ajuster. Si nous comprenons cette loi spirituelle, cela devrait nous conduire à changer nos priorités, nos valeurs, et l’utilisation de nos ressources. C’est une bonne chose de sacrifier une partie de notre bonheur sur terre pour combler un manque pour l’éternité.

Nous sommes de passage sur cette terre et nous avons l’éternité qui nous attend, quelle stupidité d’avoir investi le maximum de nos ressources sur des choses qui ne nous serviront pas dans l’éternité ? Quelle tragédie de se retrouver au ciel et de se rendre compte que nous aurions dû investir davantage sur des choses éternelles et non sur celles qui sont temporaires. Est-ce que cette exhortation va changer ta manière de voir ta vie sur terre ? Est-ce qu’elle va te permettre d’ajuster ton temps, ton argent, ton travail, tes priorités? Va-t-elle te faire chercher premièrement le royaume de Dieu et sa justice et non tout investir dans la recherche d’un bonheur éphémère ?

Le choix est le tien, tu peux comprendre et changer de vie mais tu peux continuer à dilapider ta vie à la poursuite de choses temporaires et terrestres, les temps que nous vivons doivent nous amener à réfléchir. Avoir des biens matériels coûte de plus en plus cher et n’est plus à la portée d’un grand nombre tandis que les trésors du ciel ne nous coûtent pas grand-chose et sont à la portée de tout le monde. Remarquez que Jésus n’a pas dit que là où se trouve ton cœur, là sera ton trésor. Car le cœur suit le trésor. Quelle est la chose que tu poursuis de tout ton cœur ? Si tu changes de trésor, ton cœur changera aussi. Que ton trésor devienne celui qui est le plus élevé dans l’échelle de Dieu. Amen, amen, amen !

Alain Bouwa

 

 

Christianisme : introduire la culture du Royaume

 

A force d’être habitué à un certain type de prédication de la Parole de Dieu, plusieurs chrétiens et même des prédicateurs en sont venus à oublier le but de la prédication de l’évangile. C’est pourquoi, aujourd’hui beaucoup embrassent le christianisme pour des motifs contraires à ceux du royaume de Dieu. Le christianisme consiste à introduire une nouvelle culture dans le monde : la culture du bonheur.

Actes 20:35  Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même: Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir.

L’apôtre Paul nous dit dans le texte de Actes 20 :35 nous dit comment en travaillant pour soutenir les faibles il a montré de manière concrète à ceux qui le suivaient qu’il mettait lui-même en pratique un des principes de Dieu à savoir : le plus grand bonheur ne se trouve pas dans le fait de recevoir des autres mais de donner aux autres. En d’autres termes la loi du bonheur est de donner aux autres ce qu’on a.

Ceci est une des lois spirituelles que Dieu appelle tout chrétien à introduire dans ce monde par l’évangile. Pourquoi ? Parce que ce monde a une culture qui encourage la mendicité. Travailler pour soutenir les faibles est vu par le monde comme une stupidité voir une naïveté. Le monde est malade et le remède c’est la transformation de sa culture médiocre.

1Ti 6:9  Mais ceux qui veulent s’enrichir tombent dans la tentation, dans le piège, et dans beaucoup de désirs insensés et pernicieux qui plongent les hommes dans la ruine et la perdition.

La bible parle ici d’une autre loi spirituelle concernant l’utilisation des biens. La bible parle de « ceux qui veulent s’enrichir » comme d’une catégorie de personnes qui seront soumis à des tentations, des pièges, des désirs insensés et pernicieux qui les plongent dans la ruine et la perdition. Je crois que chaque fois que nous lisons la bible, nous devons faire attention aux avertissements qu’elle donne. Il y a donc un esprit ou une culture mauvaise qui guette ceux qui veulent s’enrichir. Qui sont donc ceux qui veulent s’enrichir ? Ou plutôt qui sont ceux qui ne veulent pas s’enrichir ? Pensez-vous qu’il y ai beaucoup de personnes dans ce monde qui ne veulent pas s’enrichir ? Quelle différence y-a-t-il entre ceux qui veulent s’enrichir et ceux qui ne veulent pas ? Bien aimé, répondre à ces questions revient à se sauver de la ruine et de la perdition.

Lu 12:21  Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche pour Dieu.

Jésus fait une distinction entre celui qui amasse des trésors pour lui-même et celui qui le fait pour Dieu. On peut utiliser la parole de Dieu et les principes de la bible pour amasser des richesses pour soi-même et on peut amasser des trésors pour la gloire de Dieu. Nous comprenons que la clé c’est le motif pour lequel une personne veut s’enrichir. Ce motif est soit d’accumuler des biens pour lui-même soit de le faire pour Dieu. Ce sont donc ceux qui veulent être riche pour eux-mêmes qui tombent dans des désirs pernicieux et dans la perdition.

Mt 6:34  Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

Voici encore une autre loi spirituelle qui nous éclaire concernant les raisons pour lesquels les gens amassent des biens. Les gens amassent de l’argent parce qu’ils ont peur du lendemain, à cause de l’incertitude qu’ils ont dans le cœur, la peur de manquer domine leurs actions. A cause de cette pensée, le monde vit une culture de prédateurs. Les prédateurs sont des personnes qui dépouillent les autres de leurs biens ou de leurs vies pour s’enrichir. Cela s’appelle la « fémania ». Les « feyman » sont adulés par la jeunesse au Cameroun, à cause de leurs capacités financières. Le dieu « Mammon » est le roi de la culture ambiante. Certains prédicateurs prêchent des messages qui vont dans le sens d’attirer ceux qui veulent à tout prix échapper à la pauvreté matérielle. Ils promettent  monts et merveilles et attirent des foules avides de sécurité financières pour apaiser leurs âmes troublées. Ton âme est-elle dans le trouble à cause de ton manque d’assurance du lendemain ?

3Jn 1:2  Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme.

Voici encore une loi, spirituelle sur la prospérité divine. Cette loi nous apprend que prospérer est une chose d’abord spirituelle qui commence par la prospérité de notre cœur. Dieu nous veut prospère mais remarquons bien qu’il y a une différence entre la prospérité divine et la convoitise pour les richesses matérielles. L’évangile a besoin de moyens financiers et matériels pour s’étendre. Dieu demande que nous puissions donner généreusement pour soutenir l’œuvre de Dieu mais la chose la plus dangereuse c’est de faire de l’obtention de richesses financières et matérielles une valeur cardinale ou un but à atteindre.

L’homme riche de la parabole de Luc 12 est un exemple de quelqu’un qui voulait être riche pour lui-même et non pour Dieu. Son cœur fut rempli de désirs de satisfaire son âme troublée par la peur de manquer. Dieu l’a appelé insensé parce qu’il avait dévoué sa vie à travailler pour apaiser sa peur de manquer ce qui est une absurdité. Cela montre tout simplement que c’est la chair qui était au centre de sa vie et non Dieu or c’est Dieu qui donne et retire la vie. C’est pourquoi comprendre l’échelle des valeurs est absolument important pour tout chrétien. Si l’échelle de vos valeurs n’est pas la même que celle de Dieu, vous déraillez et vous tomberez dans des désirs pernicieux.

Lu 12:15  Puis il leur dit: Gardez-vous avec soin de toute avarice; car la vie d’un homme ne dépend pas de ses biens, fût-il dans l’abondance.

Les moyens financiers sont importants mais notre vie n’en dépend pas même si nous sommes extrêmement riches. Personne n’ajoutera une seule seconde à sa vie en accumulant des biens dans ce monde. La manière de voir les richesses du monde doit changer pour être remplacée par la manière divine de voir. Le christianisme c’est le fait d’introduire une nouvelle culture, une nouvelle culture concernant les biens matériels, une nouvelle culture concernant la famille, la sexualité, l’éducation, le succès, le bonheur, la politique, l’économie etc. C’est cette compréhension qui manque beaucoup aujourd’hui parce que l’évangile a été réduit à donner sa vie à Jésus et ensuite rechercher par tous les moyens à vivre une vie d’abondance matérielle sur la terre. C’est un faux évangile qui mène à la mort spirituelle.

Dans Matthieu 28 Jésus a donné un mandat pour tous les membres de son corps : faire des nations des disciples. C’est-à-dire transformer la culture des nations pour qu’elle se conforme à celle de Dieu. Sommes-nous en train d’introduire cette culture là où nous sommes ? L’instrument de cette transformation, ce sont les lois et les principes de la bible qui ont été écrites pour amener chaque personne à la culture du royaume de Dieu. As-tu cette culture en toi ? Quelle est la culture du monde que tu as abandonné ? Quelle culture du royaume as-tu introduite dans la vie d’une autre personne ? Faire des disciples c’est introduire dans une communauté de bonnes valeurs et leur faire abandonner les mauvaises. C’est la lecture et la méditation de la bible qui nous permet de découvrir cette culture. Amen, Amen, Amen !

 

Comment Dieu brise le roi Saül caché en nous ?

 

Un jour on est venu chercher le petit David pendant qu’il était en train de paître les brebis de son père. Il ne savait probablement pas pourquoi on le cherchait. Dieu voulait bénir Isaï un homme fidèle et a décidé de choisir un de ses fils comme Roi. Le geste qu’accomplira le prophète Samuel sur le petit David deviendra lourd de conséquence. Au lieu que son onction d’huile conduise David sur le trône, ce dernier va passer une décennie d’agonie. David fut inscrit à l’école de la soumission et à partir de ce moment, il va apprendre des choses indispensables pour être un bon roi, dans des circonstances terribles.

 

David servait un roi qui n’était pas saint d’esprit. La présence de David menaçait le roi Saül. Dans ce monde, lorsqu’un roi sent qu’il y a dans son entourage un jeune homme populaire et dont l’avenir est prometteur, il se met à le persécuter. Saül savait que David pouvait un jour le remplacer. Mais Saül ne savait pas si ce serait d’une façon déloyale c’est à dire par un coup d’état ou d’une façon loyale c’est à dire à sa mort. Cette question rendait le roi fou! David comprenait très bien la situation dans laquelle il était. Dieu allait se servir de Saül pour briser David car Dieu cherchait un vase brisé. Saül faisait tout ce que font les rois fous qui se sentent menacé; il essaya de tuer David en jetant sa lance sur lui (1Sam.19 :9-10).

 

Au fait, les rois n’ont-ils pas le droit de dominer, d’écraser qui ils veulent et en particulier leurs ennemis? Etait-il possible que Dieu considérait Saül comme son instrument? Seul Dieu le sait. Un roi qui jette une lance sur son sujet, peu importe si ce dernier est roi ou non, ce roi est fou! C’est un roi selon l’ordre de Saül.

 

Dieu a une grande Université où très peu de gens s’inscrivent et quand bien même on est inscrit, il est difficile d’en obtenir un diplôme. Dieu a créé cette structure parce qu’Il n’a pas à sa disposition des hommes réellement brisés. Dieu a beaucoup d’hommes qui affirment posséder son autorité mais en réalité ils n’ont pas le caractère que Dieu veut. Dieu a beaucoup d’hommes qui déclarent être brisés mais ne le sont pas. Dieu a des hommes qui possèdent son autorité mais qui sont fou et pas brisés. Dieu cherchent des hommes brisés.

 

Pourquoi Dieu a-t-Il peu d’étudiants dans son école de la soumission et du brisement? Parce que ceux qui fréquentent son Université doivent endurer beaucoup de souffrances. Incroyables! Alors Dieu se sert des dirigeants non brisés qu’Il choisit dans sa Souveraineté comme instrument de souffrance. David est allé à cette école et Saül fut le moyen que Dieu utilisa pour briser David.

 

Plus le roi devenait fou, plus David grandissait en sagesse. Dieu avait placé David sous une autorité qui était réelle. David a dû se poser la question; que faire lorsqu’un homme vous attaque avec sa lance? Si j’interroge plusieurs d’entre vous, la réponse sera;  » tu prends la lance et tu la lui renvoies » ce n’est pas la peine de me dire le contraire pour paraître très spirituel car votre vie démontre cela.

 

Réfléchissez bien, en renvoyant la lance, qu’est-ce que vous prouverez? Que vous êtes courageux ? Que vous défendez la justice ? Que vous ne vous laissez pas manipuler par qui que ce soit ? Que vous défendez la foi ? Que vous êtes contre la fausse doctrine etc ? Si vous devenez un oint du Seigneur, alors vous deviendrez un roi selon l’ordre de Saül! Pourquoi ? Parce que dès que vous serez couronné Roi, il n’y aura personne dans votre royaume qui saura jeter mieux que vous des lances. Ce que vous ne voulez pas que l’on vous fasse, ne le faites pas de même aux autres. David ne renvoyait pas les lances que Saül lui balançait, il n’en fabriquait pas non plus de sa propre main pour les lancer. Aujourd’hui il y en a beaucoup dans l’église de Dieu qui manie les lances avec une telle virtuosité qu’on aurait dit qu’ils en ont un don particulier.

 

J’aimerais que chacun se mette dans la peau de David, un jeune homme que le roi avait décidé d’utiliser comme cible. Qu’allait-il faire? S’il ne rendait pas la pareille, qu’allait-il lui arriver ? Il fallait pour cela qu’il fasse comme s’il ne voyait pas ces flèches, ensuite il devait les esquiver et rien dire de ce qui s’était passé. Bien aimé, il est très facile de reconnaître une personne qui a été atteinte par une lance. En général il est amer, il murmure et parfois se révolte. Mais David n’a jamais été atteint par les lances de Saül car il avait découvert quelques secrets pour se protéger dont voici quelques-uns;

-Ne jamais apprendre ou maîtriser la pratique qui consiste à jeter des lances.

-Rester très loin ou en dehors de la compagnie de tout lanceur de lances.

-Fermer sa bouche.

 

Ainsi même si les flèches ou lances nous percent le cœur, elles ne vous atteindront pas vraiment car personne ne le saura. Il y a beaucoup de rois qui sont réellement selon l’ordre du roi David bien que tout le monde affirme qu’ils sont selon l’ordre du roi Saül et d’autres qui sont des Saül que tout le monde prend pour David. Dieu seul connaît qui est qui. Le vrai problème est le suivant : que faire lorsque le royaume dans lequel on vit est dirigé par un roi qui a recours à la lance? Dois-je partir? Que dois-je faire surtout lorsque je suis au milieu d’une bataille où les uns et les autres se lancent des couteaux?

 

Tant que nos yeux sont tournés vers un faux roi Saül et que nous continuerons à l’accuser pour l’enfer dans laquelle nous nous trouvons maintenant, sachez-le,  Dieu cherchera plutôt à s’occuper du vrai roi Saül qui est caché en nous. Dieu ne s’occupe pas de celui qui est déjà visible et qui lance des flèches, mais de celui qui est tout aussi pire et qui est en nous.

 

Vous comprenez  maintenant pourquoi Dieu nous soumet sous l’autorité de quelqu’un qui est un roi Saül. En effet sans le roi Saül, David aurait grandi et serait lui-même devenu un roi Saül. Dieu a voulu ôter en David la présence d’un autre Saül. Gloire à Dieu! Cela a duré des années et parfois le patient David a risqué la mort. Dieu a utilisé un  Saül extérieur comme un couteau tranchant pour enlever le Saül qui se trouvait en David.  Pendant que Saül essayait de tuer David à l’extérieur, Dieu exterminait le Saül qui était en David. Il n’y avait pas d’autres solutions que celles-là sinon le Saül du roi David serait venu un jour en surface. David accepta ces circonstances cruelles et ne leva point la main et n’opposa aucune résistance. Il souffrait en silence et dans le secret, il était profondément blessé mais sa personnalité fut modifiée. Quand l’expérience prit fin, il avait totalement changé.

 

David n’a jamais pris la décision de se séparer de son roi fou, mais un décret du roi trancha la question. Saül dit;  » Pourchassez et tuez David comme un chien ». Ce n’est qu’alors que David quitta la cours et s’enfuit. Il ne prononça jamais une parole contre son roi, ne divisa pas le royaume à l’occasion de son départ et n’entraîna pas une partie de la population avec lui. David est parti tout seul. Mais le roi Saül qui sommeille en nous ne fait jamais ça, il emmène toujours avec lui ceux qui insistent pour l’accompagner, à fonder un nouveau royaume où un autre Saül régnera.

 

Quand David partit pour se réfugier, son être tout entier fut brisé et il devint par cela le plus grand consolateur de tous les temps. Seuls ceux qui ont été brisés peuvent réconforter ceux qui sont en peine. David était devenu l’illustration parfaite de la soumission pour son peuple. Bien que David fut entouré par des hors la loi et des vauriens, il ne partagea pas leur haine contre l’autorité établi de Dieu. David n’avait pas besoin de leur parler de la soumission, mais ces derniers se soumirent volontairement à lui.

 

Les fugitifs qui étaient avec David ne craignaient ni l’autorité de David, ni le fait de lui être soumis. Ils suivaient David parce que c’était David, sa royauté n’avait pas besoin d’être prouvé, c’était une royauté authentique. Dieu avait fait grandir dans le coeur de David la noblesse, l’humilité, la sagesse et les qualités nécessaires pour être roi selon lui. Les hommes n’avaient aucune peine de le voir dominer sur eux.

Maintenant considérons Saül, il avait des qualités extraordinaires. C’était un grand personnage de l’histoire humaine. C’est lui qui rassembla le peuple d’Israël et le souda en un royaume uni. Peu d’hommes avaient fait l’œuvre de Saül. Par la puissance de Dieu, il gagna plusieurs batailles. Etant oint du Saint-Esprit, il était ce que tout homme de Dieu désirerait; capable de faire l’impossible pour Dieu, dirigeant choisi par Dieu et nanti de sa puissance. Mais il était rongé de jalousie et capable de meurtre.

 

Pourquoi un tel contraste? Beaucoup d’hommes prient pour recevoir la puissance de Dieu; ils sont sincères et sans motif ultérieur. Mais seulement leurs prières cachent parfois une soif de renommée, le désir d’être connu et envié, d’être considéré comme un géant spirituel. En agissant ainsi, ils se vident à l’intérieur et l’on voit alors peu de croissance spirituelle interne. Nous pouvons avoir l’onction externe de la puissance du Saint-Esprit sans la vie interne de l’Esprit. Dieu accorde sa puissance et son autorité à qui Il veut.

 

Je pense que Dieu veut donner sa puissance à des hommes pourvu que chacun s’examine et qu’il voie sa nudité interne. Dieu ne se répand pas de ses dons. Néanmoins Il cherche des hommes brisés qui ont été transformés de l’intérieur parce que plusieurs de ceux qui ont reçu la puissance de Dieu pour vaincre l’ennemi et accomplir de grandes œuvres pour Dieu ont souvent attaqué leur frère et comploté pour les tuer.

 

Y a-t-il un roi Saül en toi que Dieu veut détruire ? Y-a-t-il un roi Saül que Dieu t’a donné comme professeur de l’université de Dieu ? Qui crois-tu être ? Un serviteur que Dieu a brisé ou un Saül qui s’ignore encore? Dieu cherche spécialement des David dans cette génération mais ce n’est pas seulement des David va –t-en guerre contre Goliath mais des Davids des Psaumes qui fut brisé par des années d’expérience sous l’autorité de Saül. Seras-tu ce David là ? Amen, amen, amen !

Alain Bouwa

L’appel au service de Dieu

Le temps passe très vite et l’appel de Dieu n’attend pas car quand Dieu nous appelle c’est que le moment est arrivé pour que nous lui donnions une réponse. Peu importe dans quelles conditions l’appel de Dieu arrive sur toi, tu dois y répondre. Beaucoup s’imaginent que Dieu nous donne un temps pour nous préparer à nous engager.

Bien aimé, le monde court à sa fin, et chaque jour qui passe nous rapproche de la fin de ce monde or Dieu veut accomplir son agenda avant la fin du monde. Le plan de Dieu et sa volonté est que les nations du monde viennent dans son royaume. Quand Jésus a choisi ses disciples, il ne leur donnait même pas le temps d’aller dire au revoir à leurs familles. Nous allons étudier aujourd’hui l’exemple de Moïse pour tirer des leçons sur la manière dont Dieu nous appelle à le servir.

Moise avait un coeur pour les opprimés mais chaque fois qu’il essayait de les défendre, il causait des catastrophes parce qu’il ne connaissait pas Dieu. Il voulait faire le bien, aider son prochain, mais cela ne suffisait pas il fallait le faire à la manière de Dieu. Il en est ainsi de tout homme païen qui a un talent et qui veut le mettre au service de Dieu. Il ne le peut  car ce qu’il fait, il le fait pour lui-même. C’est Dieu qui doit nous dire comment le servir. Dieu avait destiné Moise à être un conducteur du peuple d’Israël mais il ne pouvait le faire que s’il passait par son école du service

Exode 3 :1-12 Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb.2  L’ange de l’Eternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. Moïse regarda; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point.3  Moïse dit: Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point.4  L’Eternel vit qu’il se détournait pour voir; et Dieu l’appela du milieu du buisson, et dit: Moïse! Moïse! Et il répondit: Me voici!5  Dieu dit: N’approche pas d’ici, ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est une terre sainte.6  Et il ajouta: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu.7 ¶  L’Eternel dit: J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Egypte, et j’ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs.8  Je suis descendu pour le délivrer de la main des Egyptiens, et pour le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, dans un pays où coulent le lait et le miel, dans les lieux qu’habitent les Cananéens, les Héthiens, les Amoréens, les Phéréziens, les Héviens et les Jébusiens.9  Voici, les cris d’Israël sont venus jusqu’à moi, et j’ai vu l’oppression que leur font souffrir les Egyptiens.10  Maintenant, va, je t’enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d’Egypte mon peuple, les enfants d’Israël. Moïse dit à Dieu: Qui suis-je, pour aller vers Pharaon, et pour faire sortir d’Egypte les enfants d’Israël?12  Dieu dit: Je serai avec toi; et ceci sera pour toi le signe que c’est moi qui t’envoie: quand tu auras fait sortir d’Egypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne.

A- On ne peut servir Dieu sans le connaître et le rencontrer.

Dans Exode3;1-12, nous avons le récit de la rencontre de Dieu avec MoIse. Dieu est Saint et sa sainteté exige que nous le soyons si nous voulons être face à lui. Si nous voulons servir Dieu, nous devons être son enfant en acceptant que Jésus ôte nos péchés.

B- Quand Dieu appelle au service, l’homme se sent incapable.

La première réponse de Moise à Dieu lorsque ce dernier lui dit l’objet de son appel était; << je ne peux pas, qui suis-je pour répondre à ton appel? >>. Dieu le rassure en disant; << Je serai avec toi >>. Si Dieu n’est pas avec nous, nous ne réussirons pas. Au verset treize, il est rassuré et il accepte mais il veut savoir comment ce Dieu  s’appelle. En réalité Moïse cherchait une raison pour refuser l’appel de Dieu. Alors Dieu lui donne une révélation inédite sur sa mission. Il lui dit ceci sera pour toi le signe que c’est moi qui t’envoie: quand tu auras fait sortir d’Egypte le peuple, vous servirez Dieu sur cette montagne.

C-Pour servir Dieu nous devons avoir une révélation de sa personne.

Faute de ne pas avoir de révélation intime de Dieu, notre service pour lui n’a pas de sens. Un enfant de Dieu doit avoir une relation intime et une connaissance révélée de Dieu. Il dit à MoIse, Je suis le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. En d’autres termes, Je ne suis pas le Dieu de ce monde. Beaucoup croit servir Dieu, mais à moins qu’il n’ait une révélation du Dieu qu’ils servent, ils servent en vain. Nous pouvons servir le dieu du ventre, de l’argent, de la religion, du titre, de la dénomination par manque de révélation.

Exode 3 :16-22 Va, rassemble les anciens d’Israël, et dis-leur: L’Eternel, le Dieu de vos pères, m’est apparu, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Il a dit: Je vous ai vus, et j’ai vu ce qu’on vous fait en Egypte,17  et j’ai dit: Je vous ferai monter de l’Egypte, où vous souffrez, dans le pays des Cananéens, des Héthiens, des Amoréens, des Phéréziens, des Héviens et des Jébusiens, dans un pays où coulent le lait et le miel.18  Ils écouteront ta voix; et tu iras, toi et les anciens d’Israël, auprès du roi d’Egypte, et vous lui direz: L’Eternel, le Dieu des Hébreux, nous est apparu. Permets-nous de faire trois journées de marche dans le désert, pour offrir des sacrifices à l’Eternel, notre Dieu.19  Je sais que le roi d’Egypte ne vous laissera point aller, si ce n’est par une main puissante.20  J’étendrai ma main, et je frapperai l’Egypte par toutes sortes de prodiges que je ferai au milieu d’elle. Après quoi, il vous laissera aller.21  Je ferai même trouver grâce à ce peuple aux yeux des Egyptiens, et quand vous partirez, vous ne partirez point à vide.22  Chaque femme demandera à sa voisine et à celle qui demeure dans sa maison des vases d’argent, des vases d’or, et des vêtements, que vous mettrez sur vos fils et vos filles. Et vous dépouillerez les Egyptiens.

D- C’est Dieu qui appelle au service et Il a un plan.

Dans le livre d’Exode3;16-22, Dieu parle à MoIse de l’objet de son appel. Il lui trace le chemin à suivre et lui annonce quelques détails de son cheminement. Si l’on n’a pas une vision claire de son appel, il vaut mieux attendre avant de se lever. Il dit à Moïse : Qu’il l’envoie vers les israéliens et le roi d’Egypte.

Exode 4 :1-3 Moïse réponit, et dit: Voici, ils ne me croiront point, et ils n’écouteront point ma voix. Mais ils diront: L’Eternel ne t’est point apparu.2  L’Eternel lui dit: Qu’y a-t-il dans ta main? Il répondit: Une verge.3  L’Eternel dit: Jette-la par terre. Il la jeta par terre, et elle devint un serpent. Moïse fuyait devant lui.

E- Le capital initial que Dieu utilise, ce sont nos talents.

Moise résiste à Dieu en protestant de n’avoir aucune preuve matérielle de son appel. Lorsque Dieu appelle, Il a déjà pourvu et les talents sont entre nos mains. Comme un berger possède un bâton, un menuisier une scie, un informaticien un ordinateur etc. Chacun de nous possède quelque chose qui lui appartient en propre, qu’il n’a pas besoin de forcer pour que cela se manifeste. Nos talents, comme le bâton de Moise peuvent servir des causes anodines sans intérêt, comme taper sur les brebis et les guider. Jusqu’au jour où ses talents sont jetés entre les mains de Dieu, nous n’imaginerons jamais leur utilité. Dans son initiation devant Dieu, Moise se recule devant son propre bâton car Dieu l’a transformé en serpent. Nos dons et talents ne sont utiles que si Dieu peut s’en servir à sa guise. Nous devons apprendre à jeter notre bâton pour que Dieu s’en serve.

Beaucoup hésitent de servir Dieu comme Moise parce qu’ils pensent qu’ils n’ont aucun talent, c’est précisément ce genre de personne que Dieu veut utiliser, leur talent peut être redoutable pour l’ennemi. Tant que nous ne nous engageons pas par la foi, nous ne ne pouvons pas répondre à l’appel du service de Dieu.

Exode 4 :10 10   Moïse dit à l’Eternel: Ah! Seigneur, je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n’est ni d’hier ni d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur; car j’ai la bouche et la langue embarrassées.

F-Lorsque Dieu nous a convaincu de l’appel, il ne faut pas résister.

Moise, malgré les démonstrations spectaculaires, a trouvé le courage de dire non en prétextant d’être bègue et en le faisant, il a raté l’occasion de guérir de cette infirmité. Pour servir Dieu, nous ne devons pas nous fier aux circonstances matérielles et humaines qui nous entourent encore moins à nos capacités car c’est Dieu qui réalise tout au travers de nous. Ce que Dieu veut c’est un vase disponible. C’est un ordre et non une demande que Dieu donne à l’homme, son appel est irrévocable.

Mt 22:14  Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus

Jésus nous révèle ici qu’il y a une différence entre ceux qui sont appelés et ceux qui sont élus. Les élus sont ceux qui après avoir été appelés ont rempli les conditions pour être élu. Selon Jésus seul un petit nombre d’appelés seront capables de répondre aux conditions de l’élection. Il ne suffit donc pas d’être appelé encore faut-il être élu car seuls les élus seront dans la salle de banquet de l’agneau. Amen, amen Amen !

Alain Bouwa