Action des probiotiques sur la santé humaine

Depuis des millénaires, l’homme sait instinctivement que les aliments transformés sous l’action de microorganismes ont des effets sur sa santé. On consomme des produits fermentés depuis des centaines d’années et on a toujours considéré ces aliments comme des sources de santé et de longévité. Il y a seulement 100 ans la plupart des aliments que nous consommions n’avaient subi aucun processus industriel et étaient produits localement. Depuis des années, nous avons industrialisé, pasteurisé, sanctifié, et transformé notre alimentation. Nous les avons privés de leur bénéfice naturel. Ce changement a eu un effet dramatique sur nos corps et spécialement sur l’appareil gastro-intestinal qui est le siège de bonnes ou mauvaises bactéries constamment en travail. Que se passe-t-il ? Nous avons sorti nos meilleurs amis de nos aliments: les probiotiques. Nous voulons ressortir dans cet article l’action des probiotiques sur notre santé.

En fait près de 10% de notre corps est composé de bonnes et mauvaises bactéries. Les bonnes bactéries ou pro biotiques, jouent un rôle essentiel dans le processus de digestion, de métabolisme et d’immunité. Elles produisent des enzymes qui digèrent la nourriture, régulent les vitamines et convertissent le sucre en nutriments essentiels. Les bonnes bactéries sont la première défense de notre système immunitaire. Elles bloquent les toxines, détruisent protéines allergiques, les mauvaises bactéries et les levures. 70 à 80% de notre système immunitaire se trouve dans notre ventre. Quand vous avez assez de bonnes bactéries qui travaillent, vous aurez une digestion, un métabolisme et un système immunitaire en forme. Votre corps travaillera pour votre bonne santé en digérant la nourriture, luttant contre les infections et vous donnant une forme resplendissante.

Ce n’est pourtant que depuis quarante ans que les scientifiques s’intéressent de près aux probiotiques c’est-à-dire aux bactéries qui ont des effets bénéfiques sur la santé.Le prix Nobel de médecine 1908 : Ilya Ilitch Metchnikov, est le premier à s’être intéressé aux bactéries probiotiques. Il a postulé que la longévité de certaines populations était liée à l’absorption de produits laitiers fermentés qui auraient pour effet de maintenir un équilibre adéquat entre la flore digestive pathogène et celle bénéfique à l’organisme. En 2001, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont donné une définition officielle des probiotiquesà savoir : des « micro-organismes vivants qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé, au-delà des effets nutritionnels traditionnels ».

Les probiotiques appartiennent à la catégorie des « compléments alimentaires ». Des discussions sont en cours au niveau européen pour savoir si le terme « probiotique » peut avoir un sens plus générique. Les scientifiques sont convaincus des effets potentiels des probiotiques. Ils sont d’accord pour attribuer aux probiotiques une influence positive.

Comment les bactéries arrivent-elles dans l’intestin ?

Voyons le trajet de l’aliment dans le corps humain. Les bactéries arrivent dans le tube digestif essentiellement via l’alimentation. A sa naissance, le bébé est totalement stérile. Au contact de la mère, puis de l’environnement et des aliments, son tube digestif est progressivement mis en contact avec les microorganismes provenant de l’extérieur. De l’enfance jusqu’à l’âge adulte, au gré des aliments et des expériences, un certain nombre de bactéries vont y élire domicile principalement au niveau du gros intestin.

Le trajet des probiotiques est  semé d’embûches. Avant d’agir, les probiotiques doivent faire un grand voyage : être avalés, résister aux sucs gastriques et aux enzymes de digestion, transiter par l’intestin grêle pour atteindre, après 4 à 6 heures de trajet, la partie terminale du tube digestif, le colon. Un véritable parcours du combattant au cours duquel de nombreuses bactéries vont y laisser leur peau. Une fois dans le côlon les bactéries s’intègrent à la flore intestinale, trouvent tous les nutriments dont ils ont besoins, prolifèrent… et effectuent leurs bienfaits !

La flore intestinale, un écosystème en équilibre instable

La flore intestinale est sans cesse en mouvement. A tout moment, des bactéries naissent, d’autres meurent. La composition de la flore nous est très personnelle, à l’instar de nos empreintes digitales!» Et surtout, de nouvelles bactéries arrivent constamment avec les aliments. Les bactéries dites « endogènes résidentes » sont des bactéries de la flore particulièrement bien adaptées aux conditions qui règnent dans le tube digestif. Elles sont les plus nombreuses mais également les plus stables. Elles comprennent deux types de bactéries les « dominantes » et les « sous-dominantes ou de passage», qui ne font que transiter dans le tube digestif.

C’est de cette flore que les probiotiques font partie. C’est pour cette raison que pour maintenir l’effet d’un probiotique, il faut continuer à le consommer. Parmi les espèces « de passage », il y a  les microorganismes bactériens potentiellement pathogènes mais qui, en temps normal, ne se multiplient pas. Pourquoi ? Parce que la flore dominante exerce une pression démographique suffisamment forte pour que les bactéries indésirables ne puissent se développer.

Comment se produit le  déséquilibre de la flore?

Diverses forces s’affrontent. La croissance d’une souche bactérienne va être limitée par la «nourriture » disponible. Si le substrat dont elle a besoin pour vivre est convoité par d’autres, il y a compétition et automatiquement sa croissance s’en trouve limitée. Le stress, la fatigue ou une maladie peuvent rompre les équilibres et déstabiliser la flore.

Les antibiotiques peuvent également avoir des effets dévastateurs surtout lorsqu’ils affectent les souches dominantes. Si ces dernières sont affaiblies, elles ne sont plus en mesure d’exercer de pression sur les souches sous-dominante pathogènes qui vont se mettre à proliférer et à entraîner des infections. L’arrivée de nouvelles bactéries probiotiques améliora donc le fonctionnement de cet écosystème. La flore intestinale joue deux rôles fondamentaux pour la santé :

Un rôle fondamental dans l’«éducation» et la stimulation du système immunitaire.Un rôle nutritionnel

Pour bien comprendre son fonctionnement, nous allons d’abord voir de manière générale comment fonctionne le système immunitaire de l’homme.

Activité des probiotiques au niveau immunitaire

Pour bien comprendre le principe d’action des bactéries probiotiques, il faut savoir que :

  • Chaque personne a son cocktail bactérien personnalisé. La flore intestinale ou micro biote, est constitué de plus de 500 espèces différentes connues. La diversité d’espèces du micro biote intestinal dominant est spécifique de l’individu et le nombre d’espèces communes à plusieurs individus est très restreint ou nul.
  • 100 000 milliards de bactéries, appartenant à plus de 500 espèces différentes ayant chacune leurs propres caractéristiques, peuplent notre intestin. C’est en son sein que les probiotiques vont s’intégrer et agir.

Les bactéries sont 10 à 100 fois plus nombreuses que les cellules de notre organisme pour une masse de plus de 1 kilo ! Tous les micro-organismes de cette flore vivent en équilibre les uns avec les autres et forment ensemble un véritable écosystème. Leur nature et leur fonctionnement sont très mal connus des scientifiques. On estime à 30% la connaissance scientifique sur ces bactéries.

Les probiotiques agissent par différents mécanismes. Ils modulent l’activité du système immunitaire intestinal, en renforçant l’immunité lorsqu’elle est faible. L’intestin contient autant de cellules immunitaires que tous les autres organes immunitaires réunis. Les recherches montrent aujourd’hui que 90% des cellules immunitaires se trouvent dans les intestins.

On appelle le système immunitaire intestinal le GALT. Il est considéré comme le premier organe immunitaire de l’organisme.Il a une mission ambiguë puisqu’il doit en même temps réagir contre les pathogènes mais tolérer les substances alimentaires et les microorganismes présents en permanence dans le tube digestif. La flore intestinale va stimuler le GALT en lui apprenant à reconnaître les microorganismes néfastes contre lesquels il doit réagir. Elle module également les réactions immunitaires.

Une infection, une maladie, une déficience du système immunitaire, le stress suffisent à déséquilibrer la flore bactérienne intestinale. La prise d’antibiotiques qui constitue l’agression la plus virulente peut également avoir des effets dévastateurs. Et c’est ici que les probiotiques jouent un rôle important même si on ne connaît pas encore bien leur mode opératoire.

Les probiotiques sont capables de favoriser le développement d’une souche au détriment d’une autre, via des messagers qu’ils vont synthétiser et qui vont moduler le métabolisme d’une souche bactérienne particulière. L’effet peut aussi résulter d’une interaction entre les bactéries probiotiques et les cellules intestinales dont le métabolisme peut aussi être modifié.

Une colonie de probiotiques empêche des pathogènes de proliférer en se multipliant. Elle le fait soit en occupant le terrain sur la paroi intestinale pour empêcher leur adhésion soit en  produisant des substances nocives pour les pathogènes  constituant un environnement peu propice à leur développement ou encore  en agissant sur les gènes vitaux des pathogènes pour les empêcher de s’alimenter ou de se reproduire.

A contrario les probiotiques peuvent diminuer la sur-activation du système immunitaire, en cas d’allergies ou de maladies inflammatoires de l’intestin. La fonction de barrière de la muqueuse intestinale est en effet améliorée, par augmentation de la production des anticorps.

Les probiotiques améliorent la réaction immunitaire en permettant d’avoir une meilleure réponse aux vaccins. Des études ont montré que l’ajout de certains probiotiques dans le lait diminue le risque de diarrhées. Enfin, sous probiotiques, on note une réduction de la fréquence et de l’intensité des poussées d’eczéma chez les jeunes enfants. Leur consommation pendant la grossesse protégerait le futur bébé de cette affection.

Une étude réalisée auprès de sportifs montre qu’ils permettent de garder intacte l’activité du système immunitaire, qui a tendance généralement à diminuer lorsque l’organisme est soumis à un entraînement physique très intense. Les effets des probiotiques sur la santé sont« doses dépendants », c’est-à-dire que Pour obtenir un bénéfice intéressant, il faut prendre en compte la quantité ingérée.

Activité des probiotiques au niveau nutritionnel

Les probiotiques permettent de réensemencer l’intestin. Ils jouent un rôle majeur dans la digestion des aliments, ce qui permet de régulariser l’acidité de l’estomac, et de rétablir le bon équilibre acido-basique. Ils protègent l’organisme des infections grâce à leur effet antibactérien mais aussi rendent les fibres des aliments  moins irritantes pour les intestins.

Les problèmes intestinaux disparaissent et ceci permet une meilleure assimilation des vitamines, minéraux, oligo-éléments. Ils sont bénéfiques en cas d’anémie, de fatigue, de maladies infectieuses, de certaines allergies. Ils permettent de réduire les infections uro-génitales et les mycoses, surtout les candidoses. Puisqu’ils décomposent en grande partie  les sucres, il est recommandé aux diabétiques d’en consommer.

En s’attaquant aux aliments qui n’ont pas été digérés, ils procèdent à leur dégradation par fermentation. Les probiotiques permettent aussi de détoxifier certains nutriments. Des chercheurs de l’INRA ont montré par ailleurs que les glucosinolates, des substances trouvés dans les plantes de la famille des crucifères (chou, navet, chou-fleur…) sont transformés par les probiotiques en des molécules qui ont des propriétés anti-cancérigènes, en particulier contre le cancer colorectal.

  • amélioration de la digestion du lactose : la lactase permet la séparation du glucose et du galactose qui constituent le lactose et de ce fait sa digestion : son absence crée des désordres intestinaux. Cette lactase disparaît avec le temps et 70% des adultes en sont dépourvus. Cependant les probiotiques améliorent l’utilisation digestive du lactose (Couzy 1989, Mc Donough 1985, Salvano1989 )
  • Action sur le transit intestinal : Les probiotiques sont capables de prévenir et traiter les désordres intestinaux, diarrhées, constipation, colites, gastroentérites, ballonnements. Les effets bénéfiques ne peuvent être obtenus qu’avec des bactéries vivantes ou revivifiables actives et nombreuses (travaux de Namaisi, 1986, et Ballongue 1983)
  • Effets nutritionnels

A .Métabolisme glucidique :
l’activité enzymatique des microorganismes permet de libérer des acides gras volatils qui influencent favorablement la glycémie.

  1. Métabolisme lipidique
    la microflore digestive agit soit par activité lipolytique directe soit en modifiant le métabolisme des sels biliaires et du cholestérol. L’administration de Bifidobactérium en grande quantité à des patients ayant un taux de cholestérol élevé de 3g permet de le faire baisser à 1.5 (Ballongue ,1993 ) Parmi les hypothèses à ce phénomène on peut citer la production d’un inhibiteur d’une enzyme intervenant dans la synthèse du cholestérol : c’est l’acide orotique Rasic,1983) ou une absorption du choléstérol par les bactéries lactiques elles mêmes (Galland 1985, Nelsen 1985 )
  2. Métabolisme protidique :
    les probiotiques synthétisent des acides aminés : alanine, valine thréonine, acide aspartique et produisent de l’acide lactique seul isomère assimilable par l’homme . De même de nombreuses vitamines sont synthétisées par les probiotiques : B1, 86, 89, 812, PP et H Une étude (Savaiano, 1990) décrit une meilleure absorption du béta caroténe en présence de probiotiques.
  3. Absorption des minéraux :
    Les probiotiques améliorent la biodisponibilité de tous les minéraux et notamment du Calcium, du Fer, du Zinc, du Manganèse ,du Cuivre et du Silicium y compris chez les individus lactase déficients. Dans une étude de Wynckel en 1991 l’absorption du Calcium est nettement améliorée y compris chez les individus lactase déficients .

Actions des probiotiques sur la santé humaine

Il n’y a pas de jour ou telle ou telle marque de produits lactés ne nous vante les mérites pour notre santé du Bifidus ou autre probiotique et, dernièrement, la commission européenne a interdit (enfin!) l’adjonction d’antibiotiques dans les aliments industriels pour les porcs qui peuvent être remplacés avantageusement par … Saccharomyces Cerevisiae Boulardii, une souche de levure de bière!

La flore digestive est différente selon les espèces. Son rééquilibrage permet de favoriser tous les processus métaboliques de santé et, plus particulièrement les processus d’assimilation. C’est ce dernier point qui fait l’originalité et l’efficacité de nos produits : l’adjonction de flore probiotique appropriée à chaque espèce améliore considérablement l’assimilation de leurs principes actifs. Et de plus, les probiotiques entrainent le plus souvent une amélioration spectaculaire de l’état général.

La flore intestinale influence le comportement

De nos jours – et depuis le célèbre livre de Francisca Joly Gomez – on considère l’intestin comme un « second cerveau ». C’est à cet endroit que se répercutent de nombreux troubles psychologiques plus ou moins légers comme le stress ou encore l’anxiété car ils dégradent la flore intestinale d’un individu.

Par la production de substances similaires aux neurotransmetteurs, les bactéries de l’intestin humain pourraient être en communication, via le système cardio-vasculaire et nerveux, avec le cerveau. Cette constatation ouvre une porte à de nouvelles recherches sur la flore intestinal comme organe ayant une influence sur le comportement.

C’est pour cette raison que les probiotiques sont également appelés psychobiotiques. En effet, ils produisent des substances neuro -actives ayant un effet bénéfique sur la relation cerveau-intestin : c’est le cas de l’acide gamma aminobutyrique (GABA-A), le principal neurotransmetteur et inhibiteur du système nerveux central chez les mammifères .  Mais également de la sérotonine, un autre neurotransmetteur bien connu du grand public sous le pseudonyme « d’hormone du bonheur », réputé pour traiter divers troubles psychologiques tels que le stress, l’anxiété et la dépression.

Ainsi, absorber des probiotiques et des prébiotiques en quantité suffisante représenterait un traitement naturel à destination des patients souffrant de maladies psychiatriques liées à la dépression et au stress.

Par ailleurs, il est avéré que certains psychobiotiques ont un effet anti-inflammatoire. Or, au niveau médical la dépression et le stress sont associés à un état inflammatoire de l’organisme : l’équilibre du microbiote intestinal altèrerait le contrôle des réponses inflammatoires et pourrait être impliqué dans les modulations de l’humeur et du comportement.

Encore une fois, ils ne suffisent bien évidemment pas à guérir un trouble psychique. En revanche, ils représentent un bon complément lorsqu’ils sont combinés à d’autres thérapies, ainsi qu’à une activité physique régulière et une alimentation variée et saine.

Liste de quelques souches de microorganismes probiotiques (bactéries lactiques)

Bifidobacterium bifidus Lactobacillus delbrueckiisubsp. bulgaricus Lactobacillus reuteri
Bifidobacteriuminfantis Lactobacillus fermentum Lactobacillus salivarius
Bifidobacteriumlactis Lactobacillus helveticus Streptococcus salivariussubsp. thermophilus
Bifidobacteriumlongum Lactobacillus johnsonii Lactococcuslactissubsp. lactis
Bifidobacteriumspecies Lactobacillus plantarum Lactococcuslactissubsp. cremoris
Lactobacillus acidophilus Lactobacillus paracasei Enterococcusfaecium
Lactobacillus brevis Lactobacillus rhamnosus Saccharomyces boulardii(levure)
Lactobaciluscasei Lactobacillus rhamnosusou Lb. GG Lactobacillus reuteri

Dites-moi ce que vous pensez, vos expériences ou votre réflexion dans la section commentaires en dessous. Sentez-vous libre de déposer une suggestion. Je serai heureux de recevoir de vous et donner de la valeur à votre contribution. 

Alain Bouwa

alinbouwa.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *